They’re Not Like Us, kékécé ? C’est tout simple : tu prends l’école des X-Men de Xavier, tu la donnes à Magnéto, tu prends un soupçon de caractérisation indé, tu secoues, et voilà !!

Le duo Eric Stephenson et Simon Gane s’associe pour nous offrir cette série ! Pour ma part, à la lecture, j’ai l’impression d’avoir eu droit au meilleur des deux Messieurs !

Pour le pitch, imaginez quelques secondes, que feriez-vous si vous aviez des capacités que personne d’autre n’aurait ? Qui seriez-vous ? Qu’en feriez-vous ? Le bien ? Le mal ? Seriez-vous égoïste ? Ou altruiste ? Personne ne choisit de naître avec ce genre de capacité, mais tout le monde doit choisir ce qu’il en fait !

Sous ce petit descriptif très accrocheur, vous l’aurez compris, on va parler de « héros » à pouvoirs, mais l’essentiel de l’histoire n’est pas simplement un remake des X-men ! La vraie histoire est dans les choix qui sont, et ont été faits, en réponse à un monde. Plus particulièrement le monde qui les entoure, spécifiquement les parents, qui n’ont pas forcément très bien géré la situation.

On rencontre donc Syd, qui sera notre héroïne, et qui se considère comme folle, voire même schizophrène. Le supportant très mal, on la retrouve dès le début au bord du gouffre ! Mais c’est sans compter sur The Voice [Non ! Stop !! Arrête de chanter le générique ! Si je t’ai entendu !], qui lui fait entendre raison, et lui fait découvrir un monde où des gens comme elles ont fait en sorte de pouvoir avoir une vie pour eux-mêmes, malgré la cruauté qu’ils ont endurés.

Ce que j’ai le plus apprécié lors de cette lecture, c’est que Stephenson arrive à nous empêcher de prendre parti pour l’un ou l’autre « camp ». Il met les choses en place, tout en nous proposant une gamme de personnages qui ne nous convainc pas à les rallier ! La lecture est très bien pensée et nous permet d’en découvrir plus sur les personnages et les motivations qu’ils peuvent avoir. Il y a une vraie proposition sur la psychologie des protagonistes et j’ai adoré la manière dont c’est traité !


Graphiquement, Simon Gane a un coup de crayon rugueux, qui ne plaira pas forcément à tout le monde, mais il colle parfaitement avec l’histoire, je dois dire. Un trait trop lisse aurait fait perde de l’impact à certaines situations, qui ont le mérite d’être très bien mises en valeur grâce à son style.

Au final, les différentes questions posées le long de l’histoire ne toucheront pas nécessairement tout le monde. Typiquement, moi, le début de l’histoire ne m’a pas spécialement captivé. Par contre, à partir du second questionnement, j’ai était carrément engagé dans le récit ! C’est une très bonne lecture, qui ne plaira graphiquement pas à tout le monde, mais qui mérite vraiment une lecture ! Encore une fois bonne pioche pour Jungle Comics !

 

Catégories : Reviews VF

Inline
Inline