Bientôt l’été. Vos magazines de potins favoris vont commencer à nous donner leurs recettes miracle pour être beau et svelte pour aller s’exhiber sur la plage. Dites NON à la dictature de la beauté et plongez dans les pages de The Beauty, Tome 1.

Une nouvelle MST est apparue. Loin de vouloir l’éviter, la plupart des gens veulent la contracter. Il faut dire qu’elle ne vous rend pas (pas trop) malade. Le seul effet qu’elle ait, c’est que vous devenez beau, sans gras en trop, sans calvitie, ni rides. Pas étonnant que tout le monde veuille être infecté. Sauf que, au bout de quelques mois, la maladie atteint un pic et vous brûlez de l’intérieur. Aïe !

Lorsqu’une victime explose dans le métro, c’est la force spéciale en charge de la Beauty, du nom de la maladie, qui est chargée de découvrir d’où ça vient. Oui, parce que, même si les hautes instances connaissent les dommages infligés par la maladie, le grand public, lui, l’ignore. Foster et Vaughn, sont chargés de l’enquête et vont découvrir le pot aux roses, faisant d’eux une cible pour tous ceux qui ont intérêt à garder les conséquences du Beauty secrètes.

Le scénario de Jérémy Haun et Jason Hurley nage en plein dans le complot et joue sur la peur d’une pandémie mortelle. Schéma classique que cette entente entre le gouvernement et les lobbies pharmaceutiques pour assurer un revenu confortable à celui qui commercialiserait le vaccin contre une maladie mortelle. Là où c’est bien, c’est que les auteurs ne nous ont pas servi une énième histoire de zombie, mais celle d’une maladie que tout le monde voudrait avoir. En effet, c’est beaucoup plus facile d’être sublime (le nom donné aux porteurs de la maladie) en chopant une infection plutôt qu’en se cassant le cul à faire du sport, surveiller son alimentation, aller en institut de beauté, etc… En plus d’une critique acerbe de notre société basée sur l’apparence et le goût du non-effort, les auteurs mettent en avant, par le biais de leurs personnages principaux, l’acceptation de soi. Si la morale peut sembler simpliste, le côté polar du volume passe bien, surtout par la caractérisation des personnages qui ne tombent jamais dans le travers du « trop ».

En plus du scénario, Jérémy Haun prend aussi en charge la partie graphique. C’est clair, propre et dépouillé. Cette sobriété convient parfaitement au titre et permet de garder un côté terre-à-terre rendant l’ensemble crédible. Il en va de même pour la composition sobre des planches et la colorisation toute en nuances.

Mention particulières pour la galerie de couvertures originales très tape-à-l’œil.

Avec une idée de base originale et des ficelles classiques, The Beauty réussit à convaincre le lecteur. Même si seulement deux options s’offrent à nous à la fin de la lecture, on reste dans l’expectative d’une suite qui permettra de répondre au développement de l’histoire.


  • Titre : The Beauty Tome 1
  • Album: 160 pages
  • Editeur : Glénat (14 Mars 2018)
  • Collection : Comics
  • Langue : Français
  • ISBN-13: 9782344023013
  • Prix : 15,95€

    
HISTOIRE
80%
   
DESSIN
80%
    
COLORISATION
80%
    
CARACTÉRISATION
90%
    
AMBIANCE GLOBALE
85%

Catégories : Reviews VF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inline
Inline