Bonjour et bienvenue à tous dans les Dossiers de GL ! Cette semaine, une nouvelle review VF, avec le premier tome de Super Sons – tome 2, qui sortira chez Urban Comics le 14 septembre !

Si vous avez lu ma review du premier tome, vous savez que j’attendais beaucoup de ce tome 2 ! Après des aventures plutôt fades desquelles les deux jeunes super-héros n’arrivaient malheureusement pas à se sortir d’affaire sans avoir besoin de faire appel à un adulte, j’attendais impatiemment de lire des récits dans lesquels ils seraient victorieux sans aide extérieure. Et autant vous dire que ce tome m’a déçu sur ce point-là.

Le comic-book se sépare aisément en trois parties : les deux premiers chapitres avec les Teen Titans, les deux chapitres suivants avec les héros d’une autre dimension, et le dernier chapitre qui s’apparente plus à un interlude (comme c’était déjà le cas pour le dernier chapitre du premier tome). Pour ce qui est de la première partie, elle met en avant Superboy aux côtés des Teen Titans, et m’est avis qu’il les rejoindra probablement d’ici peu en tant que membre permanent. En vérité, cette partie aurait pu faire de la série du groupe de jeunes héros sans aucun problème, ce qui est un peu perturbant : entendez-moi bien, j’adore l’équipe des Teen Titans (surtout depuis le début du Rebirth), mais quand je lis un comic sur un groupe de deux héros, je ne m’attends pas forcément à lire un chapitre sur un autre groupe de super-héros. Lire une série Batman/Superman pour les voir agir au sein de la Justice League n’a pas vraiment d’intérêt ; autant lire un chapitre des comics Justice League centré sur Batman et Superman ; non ? Cela mit de côté, les deux chapitres sont très bons, toujours dans la lignée du premier tome des Super Sons : à la fois drôle (limite cartoonesque) et sérieux (de vrais enjeux et des combats épiques).

 

Les deux chapitres qui suivent ressemblent un peu plus à ce qu’on avait pu voir dans le premier tome, à ceci près que nos deux jeunes héros se retrouvent dans une dimension parallèle ! Aidés par deux jeunes héroïnes répondant aux noms d’Hard Line et Big Shot, ces deux jeunes filles combattent sans relâche la planète vivante, Yggardis, qui a conquis leur monde natal. Les Super Sons ne leur seront malheureusement pas d’un grand secours, et il faudra encore compter sur un Deus ex machina sorti des fagots pour leur sauver la mise.

Ainsi, encore une fois, on ne les voit pas briller ni s’en sortir par leurs propres moyens : une tierce personne plus forte qu’eux — ou un groupe de jeunes héros — vient les aider. Ils sont donc toujours incapables de réussir une mission seuls ; et ce malgré le fait que ce second tome présente deux missions distinctes. Je suis donc encore extrêmement déçu par les scénarios de Peter Tomasi depuis le début de cette série. À chaque fois, tout commence très bien pour finir par une conclusion décevante. Cela dit, les récits restent intéressants tout du long, mais c’est vraiment la fin qui pêche…

Côté dessin, je suis toujours sous le charme des dessins de Jorge Jimenez et des couleurs d’Alejandro Sanchez présents dans les quatre premiers chapitres. Ils font ressortir le côté rigolo et sérieux de l’aventure, en rendant le tout très dynamique et rythmé. Cependant, pour cause de retard (je suppose), le quatrième chapitre a plusieurs pages illustrées par Carmine di Giandomenico et colorisées par Ivan Plascencia. Je ne suis vraiment pas fan du style de di Giandomenico (que vous avez déjà pu voir sur la série The Flash Rebirth) ; je vous en mets un exemple ci-dessous pour vous donner une idée. Néanmoins, je n’ai rien à dire des couleurs de Plascencia qui fonctionnent plutôt bien, surtout sur les jeux de lumière.

 Le dernier chapitre du tome (comme pour le premier tome) est dessiné, encré et colorisé par une tout autre équipe. Aux dessins, José Luis, qui nous sert un travail pas particulièrement marquant : ce n’est ni très joli, ni laid. À l’encrage, Scott Hanna, et aux couleurs Hi-fi. L’encrage est plutôt de bonne qualité. Enfin, vous savez ce que je pense du studio Hi-Fi : c’est très bon — mais tout de même légèrement en deçà de ce à quoi ils m’ont habitué (peut-être parce que leur style passe moins bien avec les dessins de José Luis ?).

Jusqu’à présent, la série reste toujours très fun à lire ; mais le fait de ne voir les « héros » de l’histoire que comme des spectateurs de l’aventure qu’ils vivent et toujours pas comme des acteurs majeurs de leurs péripéties rend le tout un peu vide. J’ai parfois eu l’impression de lire un récit de personnages que je ne connaissais pas qui évoluaient sous le regard de Robin et Superboy ; et ce n’est clairement pas ça que j’attends d’une série comme Super Sons.

À noter tout de même qu’à la fin du tome, les deux jeunes fils de héros se voient confier une base secrète conçue uniquement pour eux. Ce qui pourrait tendre à des aventures qu’ils remporteraient seuls… même si je ne me fais plus trop d’espoir, de peur d’être à nouveau déçu.

Sur ce, on se retrouve la semaine prochaine pour une nouvelle review !

 

 


  • Titre: Super Sons, Tome 2 : La Planète des Songes
  • Album : 120 Pages
  • Editeur : Urban Comics (14 Septembre 2018)
  • Collection : DC Rebirth
  • Langue : Français
  • ISBN-13: 979-1026813804
  • Prix : 14€50

    
HISTOIRE
75%
   
DESSIN
80%
    
COLORISATION
85%
    
CARACTÉRISATION
85%
    
AMBIANCE GLOBALE
85%

Inline
Inline