Il y a des choses que je ne m’explique pas. J’ai lu le Tome 1 de Sunstone, je l’ai apprécié et je vous en ai parlé. Mais pourquoi diable ai-je attendu aussi longtemps avant de lire le Tome 2?

Depuis les événements du Tome précédents, les choses n’ont pas beaucoup évoluée pour Ally et Lisa. Enfin, chronologiquement parlant. Car en ce qui concerne leur relation, ça avance, tout doucement, comme tout couple qui se construit. Elles vont s’ouvrir l’une à l’autre et agrandir la confiance qu’elles se portent en se livrant petit à petit.

Comme pour le Tome un, aucun voyeurisme ici de la part de Stjepan Sejic. Ses personnages évoluent dans un monde normal, ne sont ni pires ni meilleurs que les autres. Ils ont juste ce petit truc en plus dans leur sexualité. Dans ce Tome, les filles rencontrent d’ailleurs d’autres adeptes du BDSM, tout comme on rencontrerait des passionnés de rock ou de macramé. Et c’est en ce ça que le message de l’auteur est beau [oui, n’ayons pas peu des mots!] : il ne juge pas. Jamais. En aucun cas. Et, en plus de l’histoire d’amour entre deux femmes, c’est le respect pour toutes les orientations sexuelles de tout-un-chacun qui est mis en exergue dans Sunstone. Et rien que pour ça, RESPECT, Mr Sejic.

Au niveau graphique, on reste dans la même veine. C’es beau, bien dessiné, bien colorisé, avec des illustrations pleines pages qu’on a envie d’encadrer et de mettre au mur. C’est une véritable ode au plaisir [des yeux – aussi] que cette série. Alors oui, tous ses protagonistes sont beaux et bien foutus, mais, hé! C’est pas le cas de tous les comics, super-héros en tête?

Avec quatre volumes déjà publiés, Sunstone poursuit tranquillement son petit bonhomme de chemin. Différente de la production comics habituelle la série est faite pour plaire autant aux hommes qu’aux femmes, mais à déconseiller aux plus jeunes.