Gros pavé et gros classique qu’on vous propose aujourd’hui avec le Tome un de Stray Bullets. Mais au-delà de sa réputation, que vaut donc cette série?

Stray Bullets nous propose de suivre plusieurs personnages en parallèle. On aura, en vrac, une fillette, des gangsters ou apprentis gangsters, des filles aux mœurs légères, des psychopathes, j’en passe et des meilleurs… Leur point commun? Ce sont tous des paumés de première! Largués par la vie, largués par leurs proches, leurs destins s’entrecroisent dans un puzzle pathologique. Là où ces tranches de vie pourraient devenir ennuyeuses, Lapham réussit à les rendre intéressantes. En alternant les ambiances polar avec de petits morceaux de vie normale, il accroche l’intérêt du lecteur.

Bon, quand je parle de normalité, je précise que la normalité des personnages n’est pas la même que la tienne, lecteur (ou alors tu me fais carrément flipper). Située principalement au carrefour des années 70 et 80, Lapham nous livre une vision très Scorcesienne de cette période, avec des truands ayant pignon sur rue et ne se cachant pas pour accomplir leurs méfaits. Loin du rêve américain qu’essayait de nous vendre Reagan, on est plutôt en pleine ambiance Watergate : le peuple a perdu confiance en son gouvernement et l’autorité se fout complètement de ce qui arrive aux citoyens. Si je devais faire une analogie, je comparerais l’ambiance à un mélange de Scarface et Watchmen, les super-héros en moins.

Niveau dessin, on est face à un noir et blanc maîtrisé, à défaut d’être attirant à l’oeil. En effet, Lapham est incontestablement un bon technicien, assurant une cohérence graphique à ce volume. Les noirs sont profonds et accentués aux bons endroits permettant de faire passer le message de l’artiste uniquement par le biais des dessins, si besoin est. Néanmoins, je trouve le dessin trop orienté “indé” dans le sens, justement, de ce qui a pu être proposé dans ce style au cours des années 70. Le trait est caricaturé, surtout au niveau de la physionomie des personnages et certains effets me semblent un peu désuets. Pourtant, cela n’impacte en rien la lecture, qui reste agréable et bien menée.

Après les premières pages, le premier chapitre, on se dit que : bof. Ça ne casse pas des briques, ce bouquin. Et puis, on continue. Et au fur et à mesure de la lecture, on se retrouve happé par l’histoire, par les déboires des personnages. C’est là que Lapham a fait fort, en nous rendant accrocs à sa série sans qu’on ne s’en aperçoive jamais!


      • Titre: Stray Bullets Tome 1
      • Album: 480 pages
      • Editeur : Delcourt (10 avril 2019)
      • Collection : DEL.CONTREBANDE
      • Langue : Français
      • ISBN : 978-2-413-00811-8
      • Prix : 34,95€

    
HISTOIRE
85%
   
DESSIN
80%
    
COLORISATION
--%
    
CARACTÉRISATION
90%
    
AMBIANCE GLOBALE
95%

Catégories : Reviews VF