Avez-vous déjà entendu parler de la série d’animation Star Wars : The Clone Wars ?

Cette série en 6 saisons de 121 épisodes fut initialement créée bien avant le rachat de Star Wars par Disney.

Elle faisait donc partie de ce que l’on appelait l’univers étendu Star Wars, un regroupement des médias en tous genres liés à Star Wars et considérés comme canoniques. Pourtant, à l’acquisition des droits par Disney, et tandis que tout cet univers était redéfini comme « Legends », Star Wars : The Clone Wars, elle, gardait son statut officiel.

Je ne vais pas vous le cacher, de nombreux épisodes sont quasiment inutiles à l’échelle globale de l’univers Star Wars et ne font rien avancer. Les événements surgissent tous entre l’épisode II et III des films et seules des informations annexes nous sont apprises concernant des races ou des planètes. Seules de rares occasions, et particulièrement dans la dernière saison, nous révèlent des choses capitales.

Mais, l’un des points positifs de la série était certains nouveaux personnages dont Saw Gerrera, Ahsoka Tano et Asajj Ventress faisaient partie. L’une était la padawan d’Anakin Skywalker et l’autre la disciple du Comte Dooku.

Je ne vous révélerai pas les événements de la série ici, mais sachez seulement que le roman dont je m’apprête à vous parler se déroule quelques-temps après la fin de la série et, évidemment, le livre en spoile les grandes lignes.

Dans Sombre apprenti, publié chez Pocket, nous retrouvons Asajj Ventress et Quinlan Vos, un personnage très important de l’univers Legends, mais rendu canonique grâce à un épisode de The Clone Wars. Quinlan se voit confier une mission simple, assassiner le Comte Dooku. Pour cela, il se verra dirigé vers Ventress, qui pourrait bien vouloir l’aider.

Dès la rencontre entre les deux personnages, une alchimie se crée dans les dialogues et, si de premier abord, il est dérangeant de s’immiscer ainsi dans la psyché des personnages et leurs sentiments, bon nombre des agissements passés de Ventress nous semblent plus clairs une fois sa mentalité définie.

En effet, jamais je ne me serais imaginé que Ventress puisse penser ainsi avant la lecture de ce livre.

En ce sens, le livre est un bon point et nous permet enfin de définir clairement ce personnage, parfois ambigü dans la série.

Mais le plus important tient pour moi dans le but même du livre. Assassiner le Comte Dooku

Quiconque ayant vu les films sait que Dooku ne meurt pas de leur main. Un malaise se crée donc directement, et surtout lors de la tentative de nos héros, où l’on ne croit pas un instant à leur réussite alors que tout nous est montré comme en voie de réussite.

On s’inquiète donc, paradoxalement, pour la sécurité de Vos et Ventress. Là où le roman nous promettait une mission d’assassinat sur le Comte, on se retrouve plutôt, inconsciemment, avec une mission ou l’on espère la survie de nos deux compères.

Et je ne vous cache pas que les émotions fortes sont au programme. De nombreuses fois l’inquiétude m’a gagné. La relation que développent nos deux adeptes de la force est réellement intéressante. Certains la trouveront peut-être un peu exagérée par moment et je peux le comprendre.

Mais vient alors toute la dernière partie du roman, remplie d’une telle tension… Jusqu’à la fin, tragique, déchirante et tellement belle.

C’est simple, c’est à ce jour le roman Star Wars que j’ai trouvé le plus réussi.

Au final, ce livre est une magnifique conclusion à la série en ce qui concerne ces deux personnages. Mon seul regret concerne le personnage de Vos, qui bien que très présent dans l’univers Legends, n’a été aperçu qu’une fois dans ce nouvel univers officiel. C’est très peu pour appréhender une personnalité. Alors oui, des similitudes peuvent être trouvées avec son homologue Legends, mais globalement, de gros changements majeurs lui ont été apportés, faisant de lui un tout nouveau Jedi. À tous ceux ayant suivi The Clone Wars donc, je vous recommande la lecture de ce roman, pour peu que le destin de Ventress vous intéresse.

Et si vous n’avez jamais vu la série, ou même un Star Wars, mais bordel, qu’est-ce que vous faites à lire cet article ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inline
Inline