Bonjour et bienvenue à tous ! Cette semaine, une review VF un peu spéciale, puisque nous allons parler d’un roman de Daniel José Older : Star Wars – Baroud d’honneur, sorti en France le 23 août 2018 !

« Une histoire de Han et Lando », le slogan de ce roman est aussi alléchant qu’il ne m’a perturbé ! Sortie peu de temps avant le film Solo aux États-Unis, et quelques mois après le film de notre côté de l’Atlantique, j’avais peur de voir une série s’intéressant aux Lando et Han jeunes. Non pas que le film m’ait déplu, non pas que l’idée d’en savoir plus sur leurs passés respectifs me débecte outre mesure ; simplement le fait qu’un préquel entraîne toujours moins d’enthousiasme face aux péripéties des héros, étant donné qu’on connaît leur futur. Et au final, tout va bien car le roman nous présente plusieurs intrigues connectées : quelques récits se déroulant avant et après le film Solo, et une histoire principale située après les événements du Retour du Jedi, plus exactement deux ans après la bataille de Jakku !

Plusieurs années après la défaite de l’Empire, Han vit « tranquillement » sur Chandrilla avec Leia et leur nouveau-né : Ben. L’ancien contrebandier est devenu (à contrecœur) le directeur du syndicat des pilotes de la Nouvelle République, et Leia a rejoint le Sénat Galactique, comme son père avant elle. Cette paisible vie de père ne convient pas à Han ; et l’avenir lui réserve quelques rebondissements ! De son côté, Lando est retourné à la Cité des Nuages sur Bespin, où il est devenu directeur d’une usine de droïde, la Calrissian Enterprises. Alors que tout va bien pour lui dans le meilleur des mondes, un de ses droïdes de protocole — DRX-7 — essaie soudainement de le tuer ! La raison de ce revirement ? Un Pau’an dénommé Fyzen Gor qui envoie une armée de droïdes qu’il contrôle afin de chercher un appareil — « le Phylanx » — que lui a volé le propriétaire du Faucon Millénium, il y a une dizaine d’années !

Sauf qu’à cette époque, le propriétaire de ce vaisseau n’était plus Lando, mais bien Han Solo. Les deux compères décident alors de s’allier pour essayer de mettre la main sur ce Fyzen Gor, et mettre un terme à cette histoire. Cependant, les choses sont bien plus compliquées qu’elles n’y paraissent ; et certaines actions anodines du passé vont avoir des conséquences bien plus grandes que prévues dans leur aventure !

L’intrigue est prenante, et ça fait du bien de retrouver le Lando et le Han qu’on avait quitté lors de l’épisode VI de la saga ! Mais ce qui m’a vraiment plus dans ce roman, c’est sa structure ! Tout d’abord, à la place de chapitres, le récit est découpé selon des lieux et des époques. Ainsi, nous passons de « Chandrilla, aujourd’hui » à « Takodana, une dizaine d’années auparavant », et non pas du second chapitre au troisième. Ces allers et retours dans la chronologie sont très intéressants et forment une intrigue entremêlée dans plusieurs époques ; de quoi captiver longuement le lecteur. Cependant, cela entraîne aussi un « défaut » à l’ouvrage, car pour la même raison que cela m’a captivé, le roman nécessite d’être lu en un court laps de temps pour ne pas se retrouver complètement perdu. Comme certaines actions sont entrecoupées par plusieurs chapitres, si vous n’êtes pas un lecteur régulier, vous risquez de vite vous retrouver perdu dans les différentes situations qui s’entrecroisent.

L’autre gros intérêt du livre, c’est son équipe des plus hétéroclites ! Pour mener à bien leur mission, les deux compères vont s’octroyer les services de plusieurs personnages hauts en couleurs, et de plusieurs origines ! En effet, en plus du célèbre Wookie, Chewbacca, on retrouvera une Ewok, une Twi’lek, un Ugnaught, un Gungan, et un jeune pilote humain. Petite anecdote, vis-à-vis de ce dernier personnage, dans la version originale, Taka (de son prénom) est le second personnage non-binaire (c’est-à-dire qu’il ne se considère ni comme un homme ni comme une femme) de l’Univers Star Wars et est désigné sous le pronom « they » ; malheureusement, dans la version française, Taka devient un jeune homme androgyne. L’erreur de traduction des Éditions Pocket a par la suite été rattrapée dans la traduction du roman Riposte – Dette de Vie, dans lequel le pirate Eleodie Maracavanya (le premier personnage non-binaire de l’Univers Star Wars) est désigné par le pronom « zhe ».

Pour en revenir au roman de Daniel José Older, je pense qu’il est préférable de connaître l’Univers Star Wars avant de le lire ; certains personnages — comme Sana Starros ou L3-37, par exemple — sont présents dans le récit sans avoir droit à une petite présentation, ce qui risquerait de repousser un lecteur ne connaissant pas l’univers étendu de Star Wars/Disney.

Je m’arrêterai rapidement sur un passage qui m’a interloqué, et bien amusé. Un des chapitres décrit qu’un Gungan est occupé en disant qu’il est « plongé dans la lecture d’un épais datapad ». Cette analogie très étrange m’a vraiment beaucoup amusé. Et je ne sais malheureusement pas si cela était voulu par l’auteur ou non. Quoi qu’il en soit, « lire un livre épais » a du sens et représente bien la concentration que le lecteur devra fournir pour le lire en entier ; car physiquement, plus il y aura de pages, plus le livre sera gros (et inversement). Mais un datapad contient des données ! Comment les datapads peuvent-ils devenir plus gros en fonction du nombre de données qu’ils contiennent ? Une tablette n’est pas plus grosse qu’une autre sous prétexte qu’elle contient plus de données ! Très amusant donc de voir ce genre d’analogie incongrue.

Au final, le livre m’aura vraiment passionné du début jusqu’à la fin et ce, même si le final est un poil trop étiré et sauvé par un deus ex machina improbable. Je regretterais peut-être juste que l’histoire est légèrement plus centrée sur Lando que sur Han. À côté de ça, l’équipe est très attachante, même si l’on ne comprend pas certains d’entre eux (Chewie et Peepka, l’Ewok ne parle pas le Basic). Plusieurs membres ont même le droit d’avoir un passé élaboré, notamment Kaasha, la Twi’lek, qui entretient une relation ouverte avec Lando Calrissian ! Le roman contient plusieurs rebondissements très intéressants, et comme je l’ai dit en début de review, ça fait vraiment du bien de retrouver Han et Lando dans une petite aventure galactique à bord du Faucon Millénium ! Je vous le recommande donc vivement si l’univers Star Wars vous plaît !

Sur ce, à la semaine prochaine pour une nouvelle review !


  • Titre : Star Wars : Baroud d’honneur
  • Album : 448 pages
  • Éditeur : Pocket (23 août 2018)
  • Collection : Star Wars
  • Langue : Français
  • ISBN : 978-2266289108
  • Prix : 9€40

    
HISTOIRE
90%
        
CARACTÉRISATION
95%
    
AMBIANCE GLOBALE
90%