Il ny a pas que Harry Porter dans la vie. Enfin, dans le segment de la sorcellerie. Avec le Tome 1 de Sorceline : Un jour je serai Fantasticologue, intéressons-nous de près à la cryptozoologie.

Car Sorceline est étudiante en cryptozoologie, c’est à dire la science des animaux mythiques et légendaires. Elle a dégoté un stage d’été chez Archibald Balzar, une sommité en la matière. Malheureusement pour elle, elle n’est pas seule et la compétition sera rude entre les stagiaires, pour décrocher le poste d’assistant du professeur. Rapidement, les stagiaires vont devoir mettre les mains dans le cambouis, les créatures peuplant l’île de Vorn semblant souffrir d’un mal étrange.

Comme annoncé en préambule, Sorceline se rapproche assez d’Harry Porter, ou du moins de la partie où les étudiants de Poudlard apprennent la cryptozoologie. Pas facile de ne pas y penser tant les thématiques sont les mêmes. Le scénario de Sylvia Douyé, plutôt que de se consacrer à la lutte contre les forces du mal, se focalise encore plus que J.K Rowling sur les interactions amoureuses entre ses héros. Sans être exempt de clichés, tant dans les émois prépubères que dans la caractérisation de ses personnages, l’auteur remplit le cahier des charges, le public visé étant clairement identifié comme la pré-ado. Pourtant, on se laisse prendre à l’enquête menée par Sorceline et ses amis. Et puis, tout le bestiaire fantastique semble s’être donné rendez-vous entre les pages de l’album.

Ce bestiaire, justement, est représenté graphiquement sous le trait de Paola Antista. Si je suis un peu dérangé par le design “enfantin” des humains, surtout par rapport à leur tête et leurs yeux trop gros, je dois avouer que le dessin est vraiment fluide. Le trait n’est pas trop appuyé et la colorisation le met en valeur. Niveau bestioles, Antista assurée comme une bête et nous propose une représentation flatteuse des fées, gorgones et autres bazars. La mise en page et les cadrages sont simples, sobres, mais bien choisis, les cases sans dialogue se suffisant à elles-mêmes.

Sans être la cible privilégiée de la série, j’ai quand même apprécié cette première aventure de Sorceline. Malgré une fin un peu abrupte, le Tome se lit bien, sans temps mort ni lassitude.


  • Titre : Sorceline Tome 1 : Un jour je serai Fantasticologue
  • Album: 48 pages
  • Editeur : Glénat/Vents d’Ouest (18 Avril 2018)
  • Collection : Jeunesse
  • Langue : Français
  • ISBN-13: 9782749308524
  • Prix : 10,95€

    
HISTOIRE
70%
   
DESSIN
75%
    
COLORISATION
85%
    
CARACTÉRISATION
75%
    
AMBIANCE GLOBALE
75%

Catégories : Reviews VF

1 commentaire

mane · 12 juin 2018 à 14 h 53 min

Super histoire!! Quand est prévu le tome 2?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inline
Inline