Rick and Morty – Tome 6

         Bonjour et bienvenue à tous ! En ce premier jour de l’année 2020, on repart dans l’univers de Rick & Morty avec le tome 6, qui est sorti le 20 novembre 2019 chez Hi Comics !

         Tirée de la série animée à succès de Justin Roiland et Dan Harmon, on y retrouve Rick — le grand-père, scientifique désabusé — et Morty — son petit-fils, qui le suit dans toutes ses aventures. Dans cette série de comics, on retrouve ici le même humour décalé de la série, et ces dessins particuliers.

         Et comme je le répète à chaque fois, le comic n’a rien de bien déboussolant pour les amateurs du dessin animé ; mais, si vous n’aimez ni l’humour ni le style graphique de la série animée, mieux vaut passer votre chemin, car ces comics ne vous plairont probablement pas !

         Bref, comme d’habitude, le tome se compose en cinq chapitres ; mais cette fois-ci, petit changement : tous les chapitres sont indépendants. Il y a évidemment toujours quelques histoires bonus, qui sont ici au nombre de 4, soit 16 pages de gags en plus. Une fois encore, on retrouve les mêmes noms que sur les précédents : Kyle Starks au scénario de tout le tome, hormis le chapitre trois dont s’occupent Sean Vanaman et Olly Moss. Les trois premiers épisodes comptent CJ Cannon aux dessins et Katy Farina aux couleurs. Kyle Starks lui-même s’occupe des dessins du quatrième chapitre avec l’aide d’Andy Hirsch, tandis que Ryan Sygh le colorise. Enfin, les dessins et la colorisation du dernier chapitre sont assurés par Benjamin Dewey. Marc Ellerby se charge, quant à lui, d’illustrer et de coloriser entièrement les chapitres bonus.

         Passons au synopsis : le premier chapitre commence par un ultimatum lancé par des extraterrestres qui veulent envahir la Terre. Le président des États-Unis n’a pas d’autre choix que de faire appel à Rick Sanchez. Néanmoins, le scientifique n’en a rien à faire et les envoie paître. Arrive alors Jerry qui, cherchant une excuse pour ne pas tondre la pelouse, décide de s’en charger. Bien entendu, avec Jerry dans les parages, tout va vite tourner à la catastrophe. L’intrigue nous permet d’avoir affaire à des personnages secondaires bien connus de la série, mais aussi à la plupart des membres de la famille, nous montrant principalement la relation tendue entre Beth et Jerry.

         Le second chapitre se déroule durant le bal du lycée. Morty s’est fait jeter par Jessica et Summer n’a personne avec qui y aller. Heureusement, une martienne accepte d’accompagner Morty, et Rick crée un clone d’un chanteur connu qui, pour des raisons de droit, s’appellera Buster Jiebens. Néanmoins, il s’avère bien vite que le clone est en réalité un extraterrestre très particulier qui va chercher à procréer le plus vite possible. Ce qui veut dire que Summer est en danger ! Un petit récit plein de rebondissements, qui nous montre les relations compliquées de toute la famille Smith.

         Dans le troisième chapitre, à la suite d’une dispute durant laquelle Summer a insulté Jerry en lui disant qu’il était aussi méchant et dirigiste qu’Hitler, Rick crée une machine qui permet de calculer le pourcentage d’Hitlerisation que chacun a en lui. À partir de ça, on va suivre deux histoires différentes. D’un côté, Jerry va prendre confiance en lui et se prendre pour Hitler ; et de l’autre, Morty va décider de visiter les différentes dimensions pour tuer tous ceux qui ont un score d’Hitlerisation trop élevé. Forcément avec un synopsis aussi dingue, vous pensez bien que les choses vont partir dans tous les sens !

         Le quatrième chapitre nous présente une nouvelle apparition du câble interdimensionnel. Et petit changement cette fois, Rick et Morty ne sont pas chez eux, mais dans un motel d’une autre dimension où ils sont activement recherchés pour avoir commis un attentat/massacre. Il s’agit, je pense, du meilleur chapitre sur le câble, car l’intérêt, ici, n’est pas les diverses chaînes de télés qu’ils vont découvrir, mais le fait qu’ils soient recherchés par les autorités locales. En vérité, le chapitre est vraiment bon, du côté du scénario, mais ce n’est malheureusement pas le cas du côté visuel. En cause, une fois encore, les dessins de Kyle Starks, qui ne sont vraiment pas jolis. Ses traits sont grossiers, ses personnages difformes, ce qui est particulièrement dommage sachant que l’intrigue est vraiment bonne du début à la fin, et que le chapitre aurait pu être superbe avec des dessins plus agréables.

         Le cinquième et dernier chapitre de ce tome nous présente une histoire centrée sur Beth et sur son hôpital équin. Alors que sa vie privée ne va pas très bien (son mariage bat de l’aile, son fils et son père ne cessent de risquer leur vie à travers l’univers, toute sa famille lui demande de tout gérer dans la maison, etc.), au moins tout va bien à son travail. Enfin, peut-être pas tant que ça… Les gens refusent de l’appeler “docteur” car elle ne soigne “que des chevaux” ; une jument va mettre à bat, mais risque d’y passer ; et le pire dans tout ça, c’est que son patron souhaite prendre sa retraite et laisse sa place à son fils qui décide de fermer la clinique ! Rien ne va plus, donc. Mais Beth n’a pas dit son dernier mot !

         Le fait de nous présenter un récit centré sur Beth est très intéressant et assez novateur, et les dessins de Benjamin Dewey sont assez sympathiques et originaux. Néanmoins, force est de constater que l’intrigue reste assez peu captivante, malgré quelques bons rebondissements. Un dernier chapitre intéressant mais assez fade, finalement.

         Enfin, nous avons à nouveau droit à quatre chapitres bonus. Ces histoires courtes nous présentent des récits mettant en scène Beth dans le premier, Jerry et Rick dans les deux suivants et enfin, Rick et Morty dans le dernier. Ces petits gags sont tous très bons, mais j’ai tout de même une préférence pour le denier car sa chute m’a vraiment beaucoup fait rire.

         En somme, nous avons, ici, un tome qui prend davantage le temps de nous parler de Beth et Jerry, car au final, un seul chapitre sur cinq ne se centre que sur Rick et Morty, et tous les autres présentent en partie ou s’attardent véritablement sur la vie des parents. Idem pour les chapitres bonus dont 3 nous présentent Beth et/ou Jerry et seul un d’entre eux est centré sur Rick et Morty. Et je dois avouer que ça change un peu et que c’est plutôt intéressant, même si au fond, le dernier chapitre, uniquement centré sur Beth, est à mes yeux le moins intéressant de tous. On a donc encore une fois un très bon tome, parfait pour accompagner la saison 4 qui sort en ce moment !

         Sur ce, à la semaine prochaine pour une nouvelle review !


  • Titre : Rick et Morty – Tome 6
  • Album: 128 pages
  • Editeur : Hi Comics
  • Collection : HiComics
  • Langue : Français
  • ISBN-13: 978-2378870584
  • Prix : 15.90€

    
HISTOIRE
85%
   
DESSIN
70%
    
COLORISATION
80%
    
CARACTÉRISATION
80%
    
AMBIANCE GLOBALE
85%