Bonjour et bienvenue à tous ! Cette semaine, une nouvelle review VF, avec le Récit Complet Justice League n°7, centré sur le Nouveau Superman. Comic-book paru chez Urban Comics le 25 mai dernier !

L’histoire commence à Shanghai, en Chine. On y découvre un adolescent, Kenan Kong, rackettant un autre garçon, Lixin, surnommé « bouboule ». Alors que « tout se passe bien », Blue Condor — l’un des premiers super-vilains chinois — tente de kidnapper Lixin. Dans la panique, Kong Kenan jette sa canette de soda (qu’il venait de racketter) au visage du super-vilain, qui relâche le garçon et s’enfuit. Le jeune adolescent passe pour un héros aux yeux de tous, et la vidéo de son « combat » contre Blue Condor est retransmise dans toute la ville.

C’est en voyant cet acte de bravoure que le Docteur Omen (que les lecteurs de Superman avait déjà pu apercevoir dans Superman : Requiem) décide de le rencontrer et de faire de lui sa prochaine expérience. Au moyen d’une machine permettant de dupliquer les pouvoirs de Superman, Omen permet à Kong Kenan de devenir un Nouveau Super-Man. Malheureusement, tout n’est pas toujours aussi simple : les pouvoirs de Kenan viennent et disparaissent sans trop de raisons, et ce dernier a donc du mal à les contrôler. Il va cependant devoir faire équipe avec deux autres adolescents : Peng Deilan et Wang Baixi, respectivement la Wonder-Woman et le Bat-Man de Chine.

Le pitch de départ est celui-ci, et admettons-le, il est assez simple (pour ne pas dire banal). Mais ce sont tous les à-côtés qui vont rendre l’histoire intéressante. Tout d’abord, le fait que ce Nouveau Super-Man soit un jeune délinquant, prétentieux, et qui n’en fait qu’à sa tête rend le personnage beaucoup plus profond que son modèle américain. Ce Super-Man-là a des doutes et fera des erreurs. Qui plus est, par désir de plaire à une fille, il révèlera son identité secrète. On a ainsi un personnage qui fait n’importe quoi, qui ne suit ni les ordres ni la logique, qui n’hésite pas à se moquer des autres, et dont l’identité est connue de tous. Autant dire qu’il est presque l’inverse totale du Superman, premier du nom.

Ensuite, il y a la tension entre Kenan et son père, Zhongdan : la mère du héros est morte dans un crash d’avion, et depuis, les deux hommes n’ont pas grand-chose à se dire. Mais le plus intéressant viendra du fait que Zhongdan est obnubilé par une théorie du complot indiquant que le gouvernement serait contrôlé par un certain « ministère de l’autosuffisance ». Ce que Kenan ne croit pas du tout… Jusqu’au jour où le Dr. Omen le recrute au nom dudit ministère ! Le combat idéologique en place devient alors très prenant, entre Kenan qui se bat pour le bien de la communauté sous les ordres de mauvaises personnes, et Zhongdan qui se bat pour la bonne cause mais d’une mauvaise manière.

Deux autres personnages sortent du lot : Bat-Man qui, comme Super-Man, est en totale contradiction avec le personnage américain. En effet, le Bat-Man que nous connaissons tous suit toujours sa propre idée et est plutôt borné, quand sa version chinoise suit aveuglément les ordres du Dr. Omen sans réfléchir à la morale de ses actions.

Cette femme n’est d’ailleurs pas ce qu’il y a de plus fiable. Si elle devait être comparée à un autre personnage de l’univers DC, ce serait sans aucun doute Amanda Waller, directrice de la Suicide Squad ! Froide, manipulatrice et en charge d’une équipe secrète qu’elle n’hésite pas à malmener si ses membres ne lui obéissent pas.

Toutes ces situations et ces personnages rendent le récit fluide et tenant jusqu’au bout ; et donne envie de lire la suite (qui paraîtra sûrement dans un prochain « Récit Complet Justice League »). Pour ce qui est des dessins, en revanche, on oscille malheureusement entre le bon et le mauvais tout au long du récit. Victor Bogdanovic nous présente les visages des personnages tantôt fins, tantôt gros, et plusieurs plans qui auraient pu être iconiques semblent avoir été bâclés et fini à la va-vite. Les magnifiques couleurs du groupe Hi-Fi redonneront un peu d’intérêt aux illustrations, sans pour autant réussir à les embellir. C’est à mon avis le seul gros défaut de ce comic-book.

Sur ce, on se retrouve la semaine prochaine pour une nouvelle review !


  • Titre : Justice League – Récit complet 07 – Le Nouveau Surper-man : Made in China
  • Album: 136 pages
  • Editeur : Urban Comics (25 mai 2018)
  • Collection : Urban Indies
  • Langue : Français
  • ISBN-13: 979-1026814825

    
HISTOIRE
80%
   
DESSIN
70%
    
COLORISATION
90%
    
CARACTÉRISATION
85%
    
AMBIANCE GLOBALE
85%

 

Inline
Inline