Penchons-nous aujourd’hui sur les contes de fées et les ours en peluche et allons visiter Ozville.

12042966_988988331163590_459255960184868234_n

Ce qu’il vous faut d’abord savoir c’est qu’il ne s’agit pas d’un French Comics, mais d’un Belgian Comics. Eh oui, y’a de la rébellion au pays de Tintin! Ce numéro un, de 24 pages, se décompose en une histoire principale et un back-up pour la modique somme de 5€.

Mr Sarecrow, détective privé, enquête sur la disparition d’enfants en ville. Son flair le conduit à filer un ours en peluche pas très net et à arriver dans une usine où un sorcier/PDG transforme les enfants en encore plus d’ours en peluche. A lui de dépatouiller la situation. Grâce à la facilité qu’ont Hassan Saber (dessins) et Christophe Coel (scénario) de faire passer l’émotion et la magie de leur monde, j’en ai été transporté. Comme Dorothy dans le Magicien d’Oz, j’ai suivi les aventures de cet épouvantail avec émerveillement.

 

Le second récit se focalise sur Tink la fée, qui est sollicitée pour combattre un zombie/loup-garou/robot. La bonne idée et la particularité de cette fée? Elle est allergique aux enfants.

 

Côté dessin, Hassa Saber nous propose un trait simplifié, mais pas simpliste. Stylisé et beau, en parfaite adéquation avec les récits. La mise en couleur, toute en teinte de gris rehaussée de touches de couleur, renforce l’expérience « onirique » du titre.12027725_988991724496584_5762971056140428346_n

 

Une bonne surprise, se lisant néanmoins un peu rapidement, à mettre entre toutes les mains, de 7 à 77 ans, comme on disait dans « Le super journal des jeunes ».

Catégories : Quick Chroniques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inline
Inline