Bonjour et bienvenue à tous dans les Dossiers de GL ! Après une petite semaine de pause (“Cause déménagement”, chantait Jean-Michel Petitanonsse), c’est le retour des reviews ! Et cette fois, finis les reviews VO et place aux reviews VF avec le tome 2 de Power Rangers, sorti le 23 août dernier !

 Après le sympathique — mais trop court — tome 1, j’attendais impatiemment la suite des aventures des héros d’Haim Saban. Pour ceux qui ne l’ont pas lu, sachez qu’à la fin du premier tome, la base des Rangers se retrouvait détruite par un mystérieux ennemi : le Dragon Noir !

 Et là, contre toute attente, le second tome commence par un flash-back… En effet, le chapitre 5 (premier chapitre de ce second tome) n’est pas la suite direct du chapitre 4, mais une histoire se passant avant le chapitre 1, dans laquelle Rita essaie de prendre le contrôle de Zack (le Ranger Noir) en l’appâtant avec son DragonZord. À la fin de ce chapitre, Zack envoie balader Rita et s’enfuit de la forteresse de la sorcière. Après ce refus d’obtempérer de la part du Ranger Noir, Rita décide de donner le DragonZord à quelqu’un qui ne connaît rien du pouvoir des Rangers (en l’occurence Tommy).

Ce n’est donc qu’à partir du deuxième chapitre de ce second tome que l’histoire reprend. Le Dragon Noir met vote à mal les Rangers et finit même par leur retirer leur pouvoirs. Cependant, Tommy reste sain et sauf : le Dragon Noir ne peut pas s’en prendre à lui, car ses pouvoirs ne sont pas tout à fait identiques à ceux des autres. En effet, sa transmutation ne se passe pas de la même manière.

 
Ne pouvant pas battre leur adversaire dans cet état, les Rangers décident de fuir, mais Billy (le Ranger Bleu) est intercepté par le Dragon Noir qui le ramène dans la base lunaire de Rita. Alors que Rita prend le contrôle des Zords pour asseoir son pouvoir sur le monde entier, Tommy — toujours en état de se battre — décide d’aller aider le Ranger Bleu. Mais Jason ne le laisse pas y aller seul, et choisi de le suivre pour l’assister. Tommy infiltre donc la base dans sa tenue de Power Ranger Vert, tandis que Jason s’en prend aux défenses de la base, aux contrôles du DragonZord. Le plan ne se passe pas comme prévu, le Dragon Noir les attaque, et les deux Rangers retournent à la case départ; mais non sans avoir réussi à blesser leur adversaire et à lui avoir pris son bras droit. Ils découvrent ainsi que son armure est robotique.

 De retour à leur point de repli dans la dimension-refuge, les Rangers décident de tenter une nouvelle approche : se transmuter en utilisant l’accès de Tommy, pour contrer le blocage imposer par le Dragon Noir. La transmutation réussit, mais à la surprise de tout le monde, les Rangers sont tous verts !

 
Et…. Fin.

Oui, c’est tout (sans compter le back-up très moyen avec Bulk et Skull). Et c’est le premier gros reproche que j’aurai à faire à ce tome 2 des Power Rangers : il est beaucoup trop court. Le premier tome proposait le prologue de quelques pages, puis les chapitres 1 à 4 (et les back-up de Bulk et Skull, mais, encore une fois, je préfère ne pas en parler…), soit pas loin de 100 pages d’aventure. Et c’était une très bonne affaire pour moins de 10€. Cependant, ce second tome ne propose que 4 chapitres (les chapitres 5 à 8), mais comme dit précédemment, un des chapitres est un épisode hors-série. Ce qui veut dire que l’aventure ne dure qu’environ 60 pages… Et c’est vraiment très peu.

J’appréciais vraiment l’idée de Glénat de proposer 4-5 chapitres des Power Rangers pour 9€99, mais avec ce second tome, je reste un peu sur ma faim. Quitte à mettre l'”épisode filler” (le chapitre 5) qui n’était pas très important, j’aurais préféré avoir un chapitre 9 à la place des “Aventures de Bulk et Skull”; histoire d’avoir un peu de substance à l’intérieur de ce tome. Car là, on se retrouve avec un chapitre à part —un peu moins intéressant que le reste —, trois chapitres très bons, et une série de back-up un poil trop cartoonesque à mon goût (je n’ai rien contre le cartoonesque, c’est juste pas du tout ce que j’attends de ce genre de comics un peu épique).

Sinon, ce souci de taille mis à part, le tome est vraiment beau, de bonne qualité, et les trois chapitres de l’aventure principale sont splendides. Qui plus est, comme pour le premier tome, Glénat propose, en fin de livre, les couvertures alternatives des différents chapitres.

En somme, ce tome m’a laissé frustré et impatient de voir la suite (qui ne sortira avant 2018), mais, bien que trop court, j’ai quand même passé un assez bon moment devant !

 

Sur ce, à dans deux semaines pour une nouvelle review !

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inline
Inline