Bonjour et bienvenue à tous ! Cette semaine, une review un peu spéciale, puisque nous allons revenir sur la série Poe Dameron, sorti outre-Atlantique entre avril 2016 et septembre 2018 ; et dont le cinquième tome (sur six) est paru en France, chez Panini Comics le 3 octobre dernier !

         Avant toute chose, il faut dire que j’étais très intéressé par cette série. Lorsqu’elle est sortie aux US, le film Star Wars VII – Le Réveil de la Force était sorti depuis quelques mois, déjà ; et, bien que j’aie été très déçu par ce nouvel opus, le personnage de Poe m’apparaissait comme un nouveau protagoniste intéressant, et sur lequel on aurait pu avoir de belles aventures à écrire. C’est donc avec un grand enthousiasme que j’ai commencé (il y a deux ans et demi, déjà) à lire cette nouvelle série Star Wars.

         Première surprise : alors que je pensais pouvoir lire des aventures se déroulant après l’Épisode 7, le premier chapitre débute avant ce dernier. Surprise, certes ; mais pas forcément mauvaise idée, pour autant ! Les premiers chapitres nous placent dans la même position que lors du début du film de 2015 : Luke a disparu, Leia envoie Poe Dameron à la recherche de Lor San Tekka, qui est la seule personne capable d’avoir des informations permettant de retrouver le Jedi. À une différence près : la Générale de la Résistance n’envoie pas Poe seul. En effet, il sera accompagné de l’Escadron Black, un groupe de pilotes qu’on pouvait déjà apercevoir dans Le Réveil de la Force, comprenant des personnages comme Temmin “Snap” Wexley (interprété par Greg Grunberg dans le film) et Jessika Pava (interprété à l’écran par Jessica Henwick).

         Partant de ce postulat, je pensais naturellement que cette petite histoire — se déroulant peu de temps avant l’Épisode 7 — ne durerait que quelques chapitres et que, très vite, on raccrocherait les wagons avec le film pour ensuite voir d’autres aventures prenant place après ce dernier. Malheureusement, on se rend compte (un peu trop tard, à mon goût) que la quasi-totalité de la série suivra cette seule mission. Car il faudra attendre 25 chapitres (sur 31 au total) pour voir se terminer la recherche de Lor San Tekka. En attendant, durant 25 chapitres, le scénariste, Charles Soule, a longuement étiré un scénario qui ne demandait qu’à être bien plus simple. La raison de ce scénario étiré à outrance, elle est simple : l’Épisode VIII se déroulant tout juste après la fin du film précédent, l’équipe d’auteurs de Marvel a dû subir des restrictions quant aux scénarios possibles dans cette série. Mais ce qui va sincèrement poser problème à la série de comics, selon moi, c’est l’arrivée d’un némésis pour Poe Dameron.

         L’idée est bonne, à la base : créer un némésis au héros, pour le rendre encore plus intéressant et fort à travers le personnage qu’il affrontera. Et l’idée est bien mise en place. Dès le second chapitre apparaît le personnage de Terex, un vieil officier du Premier Ordre, qui va mettre des bâtons dans les roues de Poe lors de la première mission de l’Escadron Black. Le personnage est sans pitié, réfléchi et très expérimenté (tout l’inverse de Poe Dameron, techniquement plutôt bienveillant, impulsif et, bien qu’assez ingénieux, il reste très jeune). Et ça fonctionne bien ; les combats qu’ils vont mener durant leurs différentes rencontres vont être très intéressants. Le souci, c’est que le récit durant très longtemps (25 chapitres, je rappelle), les voir se retrouver, pour se quitter sur un statu quo et revenir s’affronter lors d’une prochaine mission, devient vite lassant. Dans l’attente de l’Épisode VIII, Charles Soule a dû broder des récits autour de Terex et Poe Dameron qui, loin d’être inintéressants, deviennent simplement monotone. Et même quand l’Escadron Black finit enfin par vaincre Terex, il revient finalement grâce à un Deus Ex Machina, sorti de nulle part.

         Le scénariste ira même jusqu’à nous mettre en images le passé de Terex, de manière à ce qu’on apprenne à le connaître et qu’il devienne plus intéressant à nos yeux (et que, par extension, Poe devienne plus intéressant). Ce qui, encore une fois, n’est pas forcément mauvais, mais qui n’est pas non plus passionnant. Tout d’abord, je dois avouer que j’ai du mal avec l’idée de toujours vouloir montrer le passé des personnages pour les rendre plus compréhensibles ; car je pense qu’on n’a clairement pas besoin de connaître la vie d’un personnage pour comprendre sa caractérisation. Qui plus est, s’intéresser à Terex alors que la mission de base (trouver Lor San Tekka) ne le concerne pas du tout, ça m’a vraiment fait ressentir qu’on brodait une histoire pour me faire patienter. On ne raconte plus « la recherche de Lor San Tekka par Poe Dameron », mais « les aventures de Poe et Terex ». Et personnellement, ça a malheureusement fini par me fatiguer.

         Après le dernier combat contre Terex, et la rencontre avec Lor San Tekka (ayant enfin eu lieu), on a droit à un dernier arc de six chapitres intitulé « Le Réveil ». Ce dernier est coupé en deux parties de trois chapitres. La première répond à la question que personne n’a jamais dû se poser : « que faisait Poe Dameron pendant que l’on suivait Rey et Finn durant Le Réveil de la Force ? ». La seconde présente ce que faisaient les autres membres de l’Escadron Black durant les événements des Derniers Jedi. Les trois premiers n’ont réellement aucun intérêt, car encore une fois, ça répond à une question que probablement personne ne s’est posé. Qui plus est, les événements relatés sont plus qu’anecdotiques. Les trois derniers, cependant, sont assez intéressants ; bien qu’arrivant trop tard, à mon goût, pour vraiment me tenir en haleine. Et le tout fini, malheureusement, sur un « happy end » un poil trop nian-nian : tout le monde est content, tout le monde s’en sort, tout commence à rentrer dans l’ordre pour la Résistance, et on finit sur une jolie leçon de morale de Poe Dameron à ses camarades, sur l’importance de se battre pour ce qui est juste.

         Au-delà du scénario plutôt passable (comme on l’a vu), le gros plus de la série, ce sont ses dessins. On passe à tour de rôle des très bonnes illustrations de Phil Noto aux dessins très réalistes d’Angel Unzueta. Leurs deux styles collent à merveille avec les œuvres transmédiatiques, et fonctionnent donc parfaitement pour représenter les aventures de Poe et de l’Escadron Black. Les couleurs sont réalisées par Phil Noto lui-même pour ses propres illustrations, et pour les dessins d’Unzueta, on a droit au coloriste Frank D’Armata pour le chapitre 7 de la série, et à Arif Prianto pour tous les autres chapitres illustrés par l’artiste espagnol. Pour les trois coloristes, les couleurs sont très vivantes et donnent parfois l’impression d’avoir un éclairage de film — surtout avec les dessins réalistes d’Unzueta. Le tout est en tout cas visuellement impeccable !

         Je n’ai pas parlé des deux chapitres annuals (qui sont faits par deux autres équipes d’artistes), car elles ne font pas partie intégrante de la série et proposent des histoires one-shot pas vraiment indispensables et n’ayant aucun lien avec la série de base. Le second se permet même de ne pas se passer au même moment, car il propose un récit se déroulant avant les événements de l’Épisode VII, où les missions d’Han Solo et Poe se retrouvent entremêlées.

         Si je devais vous conseiller la série, je pense que je la proposerais avant tout aux fans de l’univers Star Wars (surtout ceux qui aiment la nouvelle trilogie). Car, au fond (et même si je n’en ai pas donné l’impression), on a affaire à une série qui n’est pas si mauvaise — surtout si on la compare à d’autres séries Star Wars que Marvel a proposées. Qui plus est, on a droit à quelques clins d’oeil (comme la rencontre avec Grakkus, le Hutt déjà visible dans la série de comics Star Wars), à la découverte de plein de personnages hauts en couleur, ainsi qu’à des scènes de combats spatiaux dantesques.

         Son seul véritable défaut est d’être un poil trop long pour le peu qu’elle n’a réellement à raconter. Et c’est ce qui m’a profondément déçu, car j’en attendais bien plus des personnages de cette nouvelle trilogie de la saga, en particulier Poe Dameron. Pour l’instant, Panini Comics a sorti cinq tomes contenant les vingt-cinq premiers chapitres et le premier annual. Le tome 5 est sorti le 3 octobre dernier, et je ne sais pas quand paraîtra le tome 6, qui devrait contenir les six derniers chapitres, ainsi que le second annual.

         Sur ce, à la semaine prochaine pour une nouvelle review !


  • Titre : Poe Dameron
  • Editeur : Marvel Comics (Avril 2016 à Septembre 2018)
  • Collection : Star Wars
  • Langue : Anglais (disponible en français, chez Panini)

    
HISTOIRE
70%
   
DESSIN
85%
    
COLORISATION
85%
    
CARACTÉRISATION
75%
    
AMBIANCE GLOBALE
70%
        

Catégories : Reviews VO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inline
Inline