War… War never changes.

 

Les plus connaisseurs d’entre vous auront compris la référence à ces merveilleux jeux que sont les Fallout.

Toujours chez Vega – qui ne cesse de me surprendre avec leurs publications atypiques mais sacrément efficaces – Peleliu – Guernica of Paradise justifie cette citation à chaque nouveau Tome.

 

Je tiens à informer ceux d’entre-vous qui n’auraient pas lu les précédents Tomes que le texte qui suit contient des spoilers les concernant. Si vous voulez simplement avoir un avis sur le Tome sans spoil, référez-vous au texte de conclusion.

 

En trois volumes déjà, de nombreuse choses se sont produites, les événement se succèdent à grande vitesse et le déroulé de la guerre ne tire pas en longueur. Les personnages ont évolué devant nos yeux et dans cette quatrième mouture, ils continuent leur transformation.

On nous avait laissé lors du Tome précédent avec un statu quo nouveau. La guerre prend fin de manière officielle avec la victoire des Américains. Cependant, les soldats Japonais en poste sur Peleliu l’ignorent et continuent d’errer sur le champ de bataille, cherchant à survivre avec la fatigue, la faim et la soif, tandis que les Américains engagent une action de « grand nettoyage » afin d’éliminer tout ennemi encore caché sur l’île.

 

L’histoire que l’on a suivi jusque là prend donc une dimension nouvelle. Un jeu du chat et de la souris s’engage avec une armée Japonaise affaiblie au plus haut point et traquée par des escadrons entier d’Américains, bien plus équipés qu’eux.

L’auteur prend pourtant toujours soin de ne diaboliser aucun des deux camps et retranscrit honorablement les deux côtés, avec leurs moments de gloire et d’atrocité respectifs.

De cette situations nouvelle nait un intérêt nouveau pour ces personnages que l’on aime déjà, une fois arrivé aussi loin dans l’histoire. C’est avec un stress non dissimulé que l’on se prend à tourner les pages frénétiquement, pour voir comment nos protagonistes vont s’en sortir, ou du moins, comment l’on espère qu’il s’en sortent.

 

En conclusion, Peleliu – Guernica Of Paradise, reste au top du top. Avec une écriture toujours juste concernant les deux camps opposés, l’aspect commémoratif n’en est que plus grand. Le déchirement d’assister à de telles atrocités est toujours présent et il le restera jusqu’à la fin de l’œuvre, à n’en pas douter.

Une fois arrivé aussi loin dans l’histoire, l’attachement que l’on porte aux protagonistes restants est fort et l’on se prend à enchaîner les pages en espérant qu’ils s’en sortent du mieux possible, malgré l’environnement hostile.

Si vous n’avez pas encore succombé, foncez et pour ceux qui se demandaient si l’histoire vaut toujours le coup, je le confirme, ce quatrième Tome fait honneur à ses prédécesseurs !

 


  • Titre : Peleliu – Guernica Of Paradise – Tome 4 
  • Tankobon broché: 192 pages
  • Editeur : Vega (14 mars 2019)
  • Collection : Seinen
  • Langue : Français
  • ISBN: 978-2379500060
  • Prix : 8€

    
HISTOIRE
90%
   
DESSIN
95%
    
CARACTÉRISATION
95%
    
AMBIANCE GLOBALE
100%

Catégories : Reviews Mangas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inline
Inline