Olympus Mons. Je ne vous parle pas ici du Mont Olympe de la mythologie, mais du plus grand volcan du système solaire, situé sur Mars. Du coup, vous vous doutez que le Tome 2 de la série Olympus Mons, Opération Mainbrace, flirtera plus avec la science-fiction que le roman à l’eau de rose.

Suite aux événements du Tome 1, les éléments commencent à s’interconnecter les uns aux autres. Le public commence à savoir que de possibles vaisseaux extra-terrestres sont disséminés de par le monde. Le principal défenseur de cette théorie est le medium Aaron Goodwin, qui écume les plateaux télé malgré les moqueries dont il fait l’objet. Sur Mars, la cosmonaute Elena Chevtchenko a survécu à l’ascension du bien nommé Olympus Mons et a avisé sa base, en Russie, de ses découvertes. Sous l’eau, l’équipe de l’Océan Pathfinder essaie toujours de pénétrer à l’intérieur de la structure qu’ils ont découvert.

Si dans le Tome 1 Christophe Bec nous présentait les personnages en prenant son temps, le rythme s’accélère sur ce Tome 2, ce qui est plutôt bénéfique pour le récit. De plus, deux “héros” sortent du lot, Goodwin et Chevtchenko, le scénario laissant un peu de côté les équipes secondaires pour se concentrer sur eux. Bec construit son histoire au fur et à mesure, et on sent bien qu’il sait vers où il vaut nous conduire, même si, pour l’instant, je n’arrive pas à le deviner. Du coup, entre complot international, interventions militaristes  et invasion alien, on ne sait pas trop de quel côté se tourner. Malgré quelques lenteurs subsistantes, la surprise reste totale, ce qui est un bon point.

Au dessin, j’ai eu l’impression de découvrir le dessinateur, Stefano Raffaele, qui est pourtant le même que pour le Tome 1. Là où j’avais trouvé le dessin moyen, voire un peu ennuyeux dans la mise en page, je me retrouve ici avec un artiste qui maîtrise ses cases. Le dessin, dans un style franco-belge, est soigné, allant jusqu’à nous proposer certaines cases sublimant les grands espaces et décrivant le vide avec brio. Je pense notamment à la représentation de Mars et des pentes enneigées du Mont Ararat. Deux planètes, deux monts différents. Quelques splash pages, façon comics, auraient permis de renforcer encore l’expérience.

Faisant suite à un Tome 1 un peu mou, Opération Mainbrace relève le niveau pour nous proposer une histoire de science-fiction jouant sur plusieurs niveaux, rajoutant une conspiration de l’ombre que n’aurait pas renié Fox Mulder. Avec deux Tomes prévus chaque année, Olympus Mons n’a pas encore dévoilé tous ses secrets.

Catégories : Reviews VF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inline
Inline