October Faction – Tome 1

On voit de plus en plus de comics adaptés en série. Netflix commence d’ailleurs à avoir une offre assez étendue sur le sujet. Et c’est d’ailleurs Netflix que a sortis October Faction le 23 janvier 2020. En attendant, et pour bien faire les choses, Delcourt nous propose le Tome 1 du comic.

 

Que se passe-t-il lorsqu’un chasseur de monstres à la retraite reçoit la visite de son ancien partenaire, devenu lui-même un loup-garou? Surtout si, entre-temps, les deux enfants du dit chasseur de monstres se mettent dans la tête de reprendre le flambeau familial?

C’est ce qui arrive à Frederick Allan. Il faut dire que ses enfants ont des prédispositions et ne se privent pas de s’en servir pour invoquer des esprits ou avoir des visions. Suite à ces révélations, certains éléments s’imbriquent alors les uns aux autres et des événements du passé resurgissent pour venir menacer cette famille pas comme les autres.

 

Steve Niles est aux commandes de la destinée de cette famille versée dans l’occultisme. S’il nous avait effrayés avec 30 Jours de Nuit, October faction se rapprocherait plus, dans l’ambiance familiale et les différentes névroses des personnages, de Doom Patrol. On retrouve un chef de famille énigmatique, une jeune fille impulsive, une mère mystérieuse et un fils nonchalant semblant déjà tout savoir. Avec l’adjonction de Face de Robot, le parallèle n’en est que plus frappant.

Sur l’intrigue, Niles nous propose des débuts prometteurs, mais avec un développement assez lent, qui prend son temps et qui distille les informations au compte-gouttes. Au final, les quelques révélations du Tome n’en sont pas vraiment et laissent un arrière-goût de réchauffé.

 

Au niveau de la partie graphique, Damien Worm assure un travail de très bonne facture, utilisant des planches peintes donnant une identité graphique très marquée. Le seul souci c’est qu’on le comparera inévitablement à Ben Templesmith et qu’il est un cran en-dessous. Si on étudie d’ailleurs les travaux de Worm, on se rend pourtant compte qu’on est carrément dans son univers et que, après quelques pages, la comparaison avec Templesmith n’a plus lieu d’être. On peut alors se concentrer sur ses pages et il nous livre de belles planches, à la composition travaillée, surtout au niveau du travail sur les noirs et les ombrages.

 

Sorti des attentes que je pouvais avoir sur le titre, October Faction est un volume fantastico/horrifique de bonne facture. À la lecture de la présentation, j’en attendais néanmoins un côté un peu plus subversif et enlevé. L’introduction de la série et des personnages étant faite, la suite devrait pouvoir se concentrer sur un scénario un peu plus fouillé.


 

  • Titre: October Faction – Tome 1
  • Broché : 160 pages
  • Editeur : Delcourt
  • Collection : Contrebande
  • Langue : Français
  • ISBN-13 : 978-2-413-02524-5
  • Prix : 15.95€
 

    
HISTOIRE
70%
   
DESSIN
75%
    
COLORISATION
75%
    
CARACTÉRISATION
65%
    
AMBIANCE GLOBALE
70%