Noob. Évidemment que j’en avais entendu parler, que j’avais vu les stands et l’hystérie qu’ils déclenchaient dans les salons, mais je ne m’étais jamais penché sur le phénomène. Phénomène ? Tout à fait, mon brave. Car en plus d’une web-série, ou série tout court, au choix, il existe également des produits dérivés en tous genres, et notamment des romans et des B.D. Du coup, commencer au Tome 12 : Le Tournoi des Espoirs, aurait pu s’avérer ardu pour le comprenoir. Même pas ! V’la t-y pas que j’ai tout compris.

La guilde Noob est invitée à la coupe du monde de e-sport, catégorie fluxball. Il ne faudra pas se louper pour attirer les sponsors et réussir à gagner le Tournoi des espoirs. Toute la fine équipe se rend donc au Japon afin de démontrer sa supériorité. Il ne faudra pas dévier de ce but, mais des Smourniff risquent de déconcentrer Kevin, mettant en péril la réussite de la guilde.

Bon, pour être franc, ça se laisse bien lire, même si on ne connaît ni la série, ni l’univers des jeux vidéo sur le bout des doigts. Le scénario de Fabien Fournier titille le côté geek du lecteur, tout en critiquant par la même occasion l’abrutissement dont le joueur peut faire preuve. Pour ça, il démontre, par le biais de Kevin et de Smourniff Go, à quel point les joueurs décérébrés de Pokemon Go le gonflent et sont prêts à toutes les débilités pour trouver une bestiole rare (Qui joue encore à Pokemon, de toute façon?]. Pour le reste, c’est gentillet et devrait ravir les fans.

Philippe Cardona nous livre des planches remplies à ras bord, vives et énergiques. Son trait est plutôt influencé manga, tendance chibi, avec néanmoins une légère influence B.D Européenne. Le mélange passe bien, là aussi, et est agréable à l’œil.

Florence Torta assure la couleur, ingrédient à part entière de l’album, permettant d’agrémenter les dessins et d’apporter un « plus » indéniable au volume.

Calibré et proposé en section « jeunesse », cet album est vraiment ciblé pour un lectorat entre 8 et 13 ans. C’est tout public et, si ça ne m’a pas fait sauter au plafond, c’est sympa à lire et à regarder, même pour un adulte. Mais si vous êtes fan, n’hésitez pas, l’humour potache de la série est également présent dans l’album.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inline
Inline