Ah… L’Amérique ! La prohibition ! Toute cette période me plait tellement, toutes ces légendes de bars clandestins, enfin, plus que des légendes, une ère ou l’illégal était devenu courant, pour ne pas se faire attraper afin d’abreuver tous ces riches assoiffés ! Je m’y vois déjà !

Moonshine, se passe directement dans ces années de prohib’, mais pas en plein New York, mais dans les montagnes des Appalaches. Hiram Holt brasse le meilleur alcool  des États-Unis et Joe Masseira, patron de Noo Yawk, veut le vendre, mais Holt n’est pas intéressé. Donc, Joe envoie Lou Pirlo pour le convaincre de faire affaire avec lui … Et évidemment, lorsque vous mettez le Business italien mafieux avec les petits culs terreux de la montagne et que vous rajoutez à ça des loups garous, forcément, ça ne fait pas bon ménage !!!

L’équipe créative de 100 Bullets, à savoir Brian Azzarello et Eduardo Risso, est de retour pour leur première série chez Image. Je vais les remercier, car Moonshine est une série de loups garous, où les loups garous ne sont pas présents à chaque page ! BRAVO ! Cependant, tout n’est pas parfait.

Le problème est que le concept de base est plutôt alléchant, mais au final, après quelques va-et-vient, on pourrait facilement le résumer à des criminels qui tirent sur des criminels. Ce qui n’est pas un développement très imaginatif. L’élément loup-garou s’avère accidentel, presque inutile, et semble être là pour agir comme un double sens pour le titre, plutôt que comme un élément clé de l’histoire.

Ce qui n’aide pas non plus cette histoire, c’est que les personnages soient tous des stéréotypes. Tous des caricatures italiennes – tout le monde dit “capiche” ! Et est-ce qu’on parle du gars qui s’appelle Gros Tony! Tandis que les montagnards sont de vrais bouseux, dans leurs expressions, leurs tenues et leur parlé. Quant au plus gros cliché, ce sont vraiment les « Nègres » qui sont tout bonnement et simplement résumés au rôle de magicien Voodoo ! Cliché ? NOOOOOOONN !! Je passerai sur les loups garous. Surpris ?!

Eduardo Risso nous livre de belles planches et c’est ce qui sauve ce titre, plus beau que jamais : noirâtre, pointu et très coloré. C’est un travail solide et de qualité, ce qui m’a fait accrocher à la série jusqu’au bout.

Malheureusement, étant donné le calibre de l’équipe créative, j’attendais clairement plus de Moonshine, ce Tome 1 s’avérant décevant. C’est graphiquement très beau, cependant, tous les petits défauts de caractérisation nous font nous désintéresser des personnages. Il y a pourtant beaucoup de potentiel…

Je jetterai sans doute un œil sur la suite, voir si cela s’améliore, mais ce titre a été pour moi une grosse déception, j’en attendais peut être trop…

Catégories : Reviews VF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inline
Inline