Bonjour et bienvenue à tous dans les Dossiers de GL ! Cette semaine, une nouvelle review VF, avec le tome 3 des Power Rangers, paru chez Glénat le 14 mars dernier !

À la fin du second tome, les Rangers avaient récupéré leurs pouvoirs en utilisant l’accès à la transmutation de Tommy, le Ranger Vert. Et la bataille qui devait évidemment s’ensuivre se déroule lors du premier chapitre de ce troisième volume. Les Rangers se retrouvent à nouveau réunis, et réussissent aisément à mettre à mal le Dragon Noir. Malheureusement, il ne s’agissait que d’un monstre mécanique, et celui qui le contrôlait court toujours. Qui plus est, un malheur n’arrivant jamais seul, Tommy et Billy se retrouvent entraînés dans une autre dimension. Cette dernière, bien plus sombre que la leur, est contrôlée par Rita Repulsa et son acolyte, Drakkon — le propriétaire du Dragon Noir.

Place donc au second chapitre, qui se trouve être un flash-back centré sur Billy, le Ranger Bleu. Bien qu’assez anecdotique, j’ai apprécié à sa juste valeur ce chapitre « hors-série », et ce pour une bonne raison : contrairement à l’épisode centré sur Zack — le Ranger Noir — qu’on pouvait lire dans le tome 2 ; ici, le chapitre permet de présenter, plus en profondeur, un personnage que l’on va suivre dans l’arc d’après. En effet, Tommy, qui est au premier plan de l’histoire depuis le premier chapitre de la série de comics, est accompagné par Billy dans l’univers parallèle de Drakkon. Et, autant l’épisode sur Zack était plutôt inintéressant de par le fait qu’il tombait au beau milieu d’une histoire qui n’avait strictement rien à voir avec lui ; autant, ce chapitre, prend le temps de nous présenter l’un des personnages principaux de l’histoire suivante, tout en servant de transition entre l’arc du Dragon Noir et l’arc de l’univers parallèle.

Une fois, ce chapitre de transition passé, nous avons droit à deux petits chapitres sur le monde de Drakkon. Je vous épargnerai le spoil sur son identité et son histoire, mais toujours est-il que Tommy et Billy commencent à affronter Drakkon — dans une armure de Ranger Blanc — et sa milice de Rangers Noirs, pour le contrôle du sabre de Ranger Blanc. Tommy et Billy s’enfuient grâce au FauconZord, et — après un bref flash-back expliquant les événements ayant amené Drakkon a possédé la tenue du Ranger Blanc, mais pas le sabre — nos deux héros se retrouvent attaqués par un groupe de nouveaux protagonistes. Et, c’est la fin de ce tome 3.

Lors de ma review sur le tome précédent, j’avais expliqué être resté sur ma faim. Autant vous dire qu’à la lecture de ce troisième volume, il en va de même. Cependant, lors de cette même review, j’avais aussi dit que j’aurais préféré avoir un chapitre 9 à la place des “Aventures de Bulk et Skull”; histoire d’avoir un peu de substance à l’intérieur dudit tome. Eh bien, c’est encore plus vrai après la lecture du tome 3. En effet, comme je l’ai dit plus haut, le premier chapitre de ce troisième opus se trouve être la fin de l’arc du Dragon Noir. Et je pense sincèrement que ce chapitre aurait dû avoir sa place à la fin du tome 2. Parce que la frustration ressentie à la fin du second tome aurait pu être évitée, en rajoutant ce simple chapitre de conclusion. Qui plus est, ce chapitre aurait permis aux lecteurs de ne pas rester sur leur faim (car le combat contre le Dragon Noir prend fin dans ce chapitre), sans gêner l’envie irrépressible de lire la suite (puisqu’il y a bel et bien un cliffhanger à la fin : Tommy et Billy sont dans l’univers de Drakkon, contrôlé par Rita et lui-même).

Hormis ça, on a encore droit à un back-up inutile avec les aventures cartoonesques de Bulkmeier et Skullovitch. Pas vraiment grand-chose de plus à dire à ce sujet, si ce n’est que ce chapitre était légèrement meilleur que ceux présents dans les précédents tomes.

Sinon, au niveau de l’équipe créative, on garde les mêmes : Kyle Higgins au scénario, Hendry Prasetya aux dessins, et Matt Herms aux couleurs. Au-delà du fait que ça permette de garder une cohérence entre tous les tomes, on ajoutera qu’ils font tous du super boulot. Même si les révélations faites dans ce tome ne vous feront pas tomber de votre chaise, l’histoire reste toujours aussi intéressante et captivante ; et même si certains dessins manquent un peu de finition, la composition et les couleurs rattrapent toujours le tout ! Et il en va de même pour les dessins de Jonathan Lam et les couleurs de Joana Lafuente, présents dans le second chapitre de cet opus !

Outre le fait que ma frustration me tende à dire que quatre chapitres, ce n’est pas assez (même si, admettons-le, pour à peine dix euros, ce serait abuser d’en demander plus), ce tome est franchement très bon et ne me rend qu’impatient de lire la suite !

Sur ce, on se retrouve la semaine prochaine pour une nouvelle review !


  • Titre :Power Rangers – Tome 3 : L’Ère de Repulsa
  • Relié : 112 pages
  • Editeur : Glénat Comics (14 mars 2018)
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2344023674
  • ISBN-13  :978-2344023679

    
HISTOIRE
80%
    
DESSIN
80%
    
COLORISATION
85%
    
CARACTÉRISATION
80%
    
AMBIANCE GLOBALE
95%


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inline
Inline