Après Mickey et l’Océan Perdu, nous allons aujourd’hui nous pencher sur une nouvelle création originale Européenne de la souris la plus célèbre du monde avec Mickey Maltese : La Ballade de la Souris Salée.

Mickey Maltese est récupéré par le capitaine Patspoutine sur un radeau à la dérive auquel il est attaché. Il faut dire que l’équipage de Mickey s’est mutiné et s’est emparé de son bateau. La chose bizarre, c’est que Pat et Mickey ont l’air de bien s’entendre. Ce qui est un peu normal, vu qu’ils travaillent tous les deux pour le Moine Noir. Alors que Pat était chargé de récupérer une étrange cargaison pour leur employeur commun, il en a profité pour kidnapper la jolie Mindora, pour laquelle il espère toucher une belle rançon.

Ce volume est très largement inspiré du premier Tome de la série Corto Maltese : La Ballade de la Mer Salée, par Hugo Pratt. Soyons franc, je n’ai jamais aimé les histoires de Corto Maltese. Je pense qu’en fait, ni l’univers développé par Pratt, ni le personnage ou les dessins ne m’ont jamais intéressé. Pour autant, après quelques recherches, il semblerait pourtant que le scénario de ce volume se rapproche assez de l’histoire sont il s’inspire.

Du coup, difficile pour moi de dire ce qui vient de Pratt et ce qui a été apporté par Bruno Enna. Quoi qu’il en soit, l’histoire se démarque de ce qui peut être proposé dans des histoires « classiques » de Mickey. En effet, le traitement des personnages est ici beaucoup plus mature que ce qu’on peut trouver dans Le Journal de Mickey. Les personnages ne sont jamais tout noir ou tout blanc, mais évoluent dans une sorte de gris moral où toutes les alliances sont envisageables. Du moins, hormis pour le personnage de Taradingo, sorte de Jar Jar Binks-Maori-mystique assez insupportable.

La partie graphique est assurée par Giorgio Cavazzano et Alessandro Zemolin. On est dans un mélange de style purement Européen assez fouillé et de dessin cartoon. Un style à l’Italienne serais-je tenté de dire! Du coup, pour ce fumetto, on a un découpage et une mise en pages assez monotones, le format « gaufrier » ayant été privilégié pour les planches.

D’autre part, au niveau des personnages, l’effet « Corto » passe vraiment bien et Mickey a la classe avec une vareuse et une casquette! Le seul aspect un peu dérangeant concerne personnage de Pat, et plus particulièrement ses yeux : il se retrouve avec des yeux bleu-glacier qui filent la pétoche…

On pourrait penser que le dessin plombe le récit, mais ce n’est pas le cas. Je dirais même qu’il s’y adapte parfaitement et, si on compare une fois de plus avec le récit original de Pratt, y gagne en fluidité.

C’est encore une fois une bonne pioche que cette nouvelle adaptation des aventures de Mickey. Le format baroudeur et capitaine au long cours sied bien à la petite souris. Après tout, il a bien commencé avec Steamboat Willie.


  • Titre: Mickey Maltese : La Ballade de la Souris Salée
  • Album: 88 pages
  • Editeur : Glénat Disney (17 janvier 2018)
  • Collection : Divers
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2344027459
  • ISBN-13: 978-2344027455

    
HISTOIRE
70%
    
DESSIN
90%
    
COLORISATION
90%
    
CARACTÉRISATION
85%
    
AMBIANCE GLOBALE
85%


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inline
Inline