On est de retour aujourd’hui, la morve au nez et les pansements sur les genoux, dans notre cour de récré respective, avec notre sac de billes à la main !

Vous l’aurez deviné (ou alors vous avez simplement lu le titre de la chronique, génie que vous êtes), on va reparler de Marblegen Origines, et précisément du deuxième Tome.

Toujours réalisé par Dos Santos et Grelin et édité par Kana, ce Tome deux débarque seulement trois petits mois après son grand frère. Dans les faits, mon avis sur le premier Tome restait bienveillant, même si la peine que j’éprouvais à décrypter les séquences de combat de billes et les règles concrètes du jeu avait été mises en avant.

Qu’en est-il après une deuxième fournée ?

Meh…Pareil, pareil en fait.

On retrouve dans ce deuxième Tome Zuméo, Marcus et Saba, en plein effort pour intégrer le tournoi clandestin qui leur permettrait de sauver l’âme de Majaji, la sœur de Saba.

Globalement, le récit se déroule sans grande surprise et les combats s’enchaînent sans que je n’arrive vraiment à comprendre ce qui ce passe.

Tout va très vite et est mis en œuvre pour garder l’attention du lecteur qui, je le rappelle, est supposément jeune et amateur du dessin animé.

Dans les faits, donc, je ne pense pas que ce soit un mal, mais prise en tant qu’œuvre a part entière et sorti de son contexte d’univers étendu, c’est trop bancal.

Des familles spécifiques de Marblegen aux stratégies comportant des combinaisons de billes spécifiques, tout échappe au lecteur néophyte, ce qui est d’autant plus frustrant qu’aucune base de données n’est présente dans le livre pour nous l’expliquer en parallèle et que les personnages (et le manga surtout) semblent considérer que nous sommes conscients de tous ces faits, pourtant totalement obscurs.

Le seul point qui vient un peu remonter le niveau se trouve dans les nouveaux personnages de ce volume qui, bien que très basiques, afin de correspondre à des cases précises, restent classes dans leurs designs et apportent un peu de nuances dans un univers jusque là trop kawai.

En somme, donc, on a clairement la confrontation des gentils contre les méchants, qui sont méchants parce que c’est comme ça.

Un manichéisme que je ne pourrais vraiment blâmer, tant les œuvres pour enfant en son bourrées, cependant, je ne l’approuve pas non plus et bouleverser ce code aurait vraiment été un plus non négligeable pour l’œuvre.

Malheureusement, on reste dans le classicisme le plus flagrant et je doute que la suite puisse y remédier, ni même que ce soit la volonté des auteurs, de toute évidence.

Marblegen Origines est, et restera selon moi, un manga dont la saveur ne saura être trouvée que par les amateurs de l’œuvre animée. Le récit reste sympa et ce n’est pas une torture de le suivre, mais on ne peut pas dire que ce soit un plaisir non plus.

L’existence même de ce livre se rapproche plus d’une pub camouflée que d’une œuvre à proprement parler. Donner envie de voir l’animé, ou prolonger l’expérience de celui-ci, semble être l’objectif que se fixe Marblegen Origines, au détriment des lecteurs neutres, qui cherchent seulement une lecture qui se suffit à elle-même.

Dans les faits, ce n’est pas grave que ce soit un produit commercial, mais il est important néanmoins que vous sachiez ce que vous achetez, alors soyez avertis !


  • Titre : Marblegen, tome 2
  • Tankobon broché: 192 pages
  • Editeur : Kana (3 mai 2019)
  • Collection : Marblegen
  • Langue : Français
  • ISBN : 978-2505073093
  • Prix : 7,45€

    
HISTOIRE
70%
   
DESSIN
65%
    
CARACTÉRISATION
65%
    
AMBIANCE GLOBALE
70%

Catégories : Reviews Mangas