Les Métamorphoses 1858 tome 2 reprend immédiatement après la fin du tome 1 que nous avions chroniqué ici !

 

Pour les retardataires et les feignants un rapide résumé :  Émile et Stanislas se sont lancés dans une enquête, qui si au départ était une simple disparition a très vite changé. En effet, suite au retour de Milo avec de nombreuses informations, notre duo se rend compte qu’il ne s’agit pas d’une simple disparition et que deux autres filles ont disparu la même semaine dans le même quartier ! C’est donc au fil de notre lecture que l’on se rend compte que l’on n’est pas au bout de nos surprises. De révélations en révélations ils se retrouvent confrontés à une sorte de machine mi-humaine mi-steampunk qui après une rude bataille s’auto-détruit et brûle l’appartement. La suite et fin du tome 1 nous laisse sur le départ de nos deux compères pour Barcelone en mode la ligue des gentlemans extraordinaire dans un super dirigeable !

 

C’est donc dans ce dirigeable et en direction de Barcelone que l’on débute ce tome deux ! Pistant les étranges créatures, nous avons droit à quelques flashbacks concernant Émile qui viennent étoffer le personnage. Quant à Stanislas, comme à son habitude, explore et fait jouer de sa curiosité à bord du dirigeable. Les voilà donc arrivés à Barcelone, direction une clinique où est soigné Belmont, un vieux chirurgien qui pourrait leur apporter des réponses… Sauf que ce n’est pas réellement comme ça qu’ils pensaient trouver ce Docteur ! Complètement fou, il divague et raconte tout et rien à nos héros, mais une chose est sûre, s’ils veulent des réponses, ils devront venir au rendez-vous donné par ce chirurgien. Mais croyez-moi, ils ne sont pas prêts pour ce qu’ils vont découvrir !

 

Sur ce tome 2 l’intrigue s’accélère. Le fait de changer de ville en passant par les premières pages dans le dirigeable aide aussi. On s’approche de réponses et on les veut ! J’ai été bien plus pris dans ce tome 2 que lors du premier, c’est donc une histoire efficace ! Côté dessins, dans la droite lignée du tome 1, tous les décors et détails sont sublimes ! Mais j’ai un vrai problème avec certains visages, tout comme le tome 1, les visages de certains protagonistes sont vraiment « flippant » il fait trop « plat » on dirait qu’il n’ont pas de textures. C’est assez perturbant à la lecture surtout sur les cases où les visages sont très mis en avant. Il y a un mode « flat » qui me perturbe, je ne sais pas pourquoi je les trouve vraiment sans relief, comme si leurs visages était une feuille. Après attention, ce n’est juste qu’un ressenti personnel, la BD est très très bonne, passé ce point qui m’interpelle, je n’ai rien à redire ! Mention spéciale à Annie qui a ce visage extraordinaire !

 

Vous l’aurez compris ! Ce tome 2 est toujours maîtrisé d’une main de maître par Alexie Durand et Sylvain Ferret ! Le rythme s’accélère, certaines questions trouvent leurs réponses dans de nouvelles questions, et on aimera en découvrir un peu plus.  C’est encore une fois trop court, surtout quand vous arrivez à la dernière page !

 


  • Titre : Les Métamorphoses 1858 – Tome 2 – Dinocampus Coccinellae
  • Album: 64 pages
  • Editeur : Delcourt (3 avril 2019)
  • Collection : DELC.CONQUISTA.
  • Langue : Français
  • ISBN: 978-241301360
  • Prix : 15,50€

    
HISTOIRE
80%
   
DESSIN
85%
    
COLORISATION
90%
    
CARACTÉRISATION
80%
    
AMBIANCE GLOBALE
85%