Bonjour et bienvenue à tous ! Cette semaine, nous allons parler d’un titre X-Men paru chez Panini Comics en ce début d’année : La Résurrection du Phénix !

         De son titre original « Phoenix Resurrection: The Return of Jean Grey », aucun doute n’est permis quant à son contenu ! Et c’est bien ce à quoi nous allons avoir affaire : le retour du Phénix et de l’ancienne Jean Grey ! Et malheureusement, le scénario de Matthew Rosenberg ne va pas beaucoup plus loin… Voici un bref résumé : d’étranges événements se produisent un peu partout dans le monde, et Cérébro détecte une activité mutante. Kitty Pryde demande de l’aide auprès du Fauve, et réunit tous les mutants disponibles, de la plus grande à la plus petite équipe. N’ayant plus aucun télépathe pour faire fonctionner Cérébro, les différents mutants vont former des petits groupes et se séparer pour enquêter. Ils finissent par découvrir que Jean Grey a été ressuscitée par le Phénix, et que ce dernier l’a enfermée dans un rêve dans le but futur de fusionner à nouveau avec elle.

 

         Dans la construction du récit, on suit en parallèle l’enquête des mutants dans le monde réel, et la vie rêvée de Jean Grey, serveuse dans un petit diner d’une ville du Nouveau-Mexique aussi paisible que perdue. Et ce n’est malheureusement pas transcendant. On va suivre agréablement les mutants mener leur investigation dans les différents coins du monde, jusqu’à leurs « retrouvailles » avec Jean Grey, sans jamais être particulièrement emballé. Aussi sympathique soit-il à lire, le récit semble trop lisse, trop fade. On a la sincère impression que Marvel a demandé à Matthew Rosenberg de faire revenir Jean Grey d’entre les morts, et que ce dernier l’a fait sans jamais trop s’impliquer dans le projet. Qui plus est, le final un poil trop rapide n’aidera en rien l’absence d’enthousiasme face à cette histoire.

         Côté visuel, on a droit à une farandole d’artistes : Leinil Francis Yu, Carlos Pacheco, Joe Bennett et Ramon Rosanas au dessin ; Gerry Alanguilan, Rafael Fonteriz, Lorenzo Ruggiero, Ramon Rosanas et Belardino Brabo à l’encrage ; et Rachelle Rosenberg à la couleur. Les dessins sont plutôt bons dans l’ensemble et, aussi incroyable que ça puisse paraître avec une telle palanquée d’artistes, leurs différents styles fonctionnent assez bien entre eux. Les changements de dessins se font alors sans douleur, et ne gênent en rien la lecture.

         Mention spéciale à Panini Comics pour la couverture du comic, qui présente une Jean Grey en relief brillant, pour la faire ressortir face au reste de ses camarades mutants en arrière-plan. Le rendu est simplement parfait !

         Au final, le livre possède une bonne ambiance ; le retour de Jean Grey est très intéressant pour la suite ; mais l’histoire est malencontreusement un peu banale et sans grande émotion, ni rebondissement. On passe un agréable moment en le lisant, mais on n’est jamais ni enthousiaste, ni captivé. Et c’est assez dommageable, car bien que le livre soit sympathique et ait un grand intérêt pour l’Histoire des X-Men, on ne reviendra probablement pas dessus régulièrement. C’est un de ces livres « à lire au moins une fois », mais c’est tout. Et on aurait malheureusement pu en attendre un peu plus du retour d’une figure importante des mutants.

         Sur ce, à la semaine prochaine pour une nouvelle review !

 


 

  • Titre: X-Men – La Résurrection du Phénix
  • Album : 136 Pages
  • Editeur : Panini Comics (2 janvier 2018)
  • Collection : PANINI 100% MARVEL
  • Langue : Français
  • ISBN: 978-2809474145
  • Prix : 18€

    
HISTOIRE
66%
   
DESSIN
85%
    
COLORISATION
85%
    
CARACTÉRISATION
75%
    
AMBIANCE GLOBALE
75%


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inline
Inline