La Malédiction de Loki – Tomes 1 à 3

Bonjour à vous !

La Malédiction de Loki est un manga de Hachi publié chez Delcourt/Tonkam, dans le label Young. Si de prime abord je ne suis pas spécialement la cible éditoriale visée par cette œuvre, force est de constater que j’ai pourtant trouvé ce début de série intéressant, même si, effectivement, certaines choses me dérangent. Mais d’abord, de quoi ça parle ?

 

Une petite fille du nom de Aisya [super drôle pour une bande dessinée Aisya-tique… Pardon] se voit dotée de la faculté de donner à ses peintures un pouvoir miraculeux, en y ajoutant son sang. Seulement voilà, elle vit dans un orphelinat et, très vite, on constate qu’elle est avant tout utilisée par  les adultes. Ses peintures, qui reflétaient pourtant toute sa bienveillance, finissent par se faire corrompre par le cœur des hommes qui les utilisent et se font appeler « Les peintures maudites ». Le seul réconfort de la petite se trouve en la « personne » de Loki, un jeune garçon qu’elle a dessiné sans y ajouter de son sang et qui reste son meilleur ami, à qui elle se confie et se rattache. Mais lors de ses derniers instants, Aisya fait une requête à Loki, celle de retrouver et de détruire touted ses peintures, qui font tant de mal. Ainsi débute la vie de Loki

 

Dans l’ensemble, La Malédiction de Loki est un très bon manga. Il évolue de Tome en Tome, avec des enjeux qui sont placés dès le début et autour desquels gravitent certains personnages secondaires, alors que d’autres voués à être récurrents, se voient offrir, au fur et à mesure, leurs petites « origins story ». Les dessins sont également très propres et détaillés et offrent un rendu très agréable à la lecture. J’ai d’ailleurs passé un moment de lecture tout à fait satisfaisant. Mais quel est le problème alors ? Eh bien, il n’y en a pas vraiment, ou plutôt devrais-je dire qu’il n’est pas spécialement censé y en avoir si le manga est l’un de vos premiers dans le genre. Tout est très bien réalisé, et l’auteur suit scrupuleusement la recette du shonen à succès. Seulement voilà, après des années de lecture, ont reconnaît aisément les stéréotypes de récit, et dans ce cas précis, les ficelles sont tellement voyantes, que la magie à du mal à opérer. C’est exacerbé, pour ma part, avec les points communs que je trouve avec le manga Pandora Hearts, dont j’ai suivi la publication du début à la fin.

 

Pour grossir la chose, donc, je dirais que l’on à faire à un manga « générique », dans le sens où il s’inscrit parfaitement dans la lignée du shonen traditionnel, avec néanmoins sa thématique propre, mais intégré dans un carcan de récit vu et revu. Soyons clair cependant, La Malédiction de Loki n’a pas à rougir face à ses concurrents et demeure dans le haut du panier, mais c’est à vous de voir si c’est le genre de lecture que vous souhaitez. Dans l’état actuel des choses, la série ne possède en rien ce petit quelque chose d’original qui peut laisser penser à une histoire surprenante. Tout se déroule comme il se doit, réalisé avec beaucoup de talent et il n’appartient qu’à chacun d’entre vous de savoir si vous voulez vous plonger dans une aventure qui se veut épique et grandiose, à même de pouvoir, si ce n’est rivaliser, au moins se faire une place aux cotés des plus grands si le public est au rendez-vous.

 


 

  • Titre : La Malédiction de Loki – Tomes 1 à 3
  • Broché : 192 pages
  • Editeur : Delcourt Collection : La Malédiction de Loki 
  • Langue : Français
  • ISBN : Multiple
  • Prix : 7,99€

    
HISTOIRE
80%
   
DESSIN
80%
    
CARACTÉRISATION
80%
    
AMBIANCE GLOBALE
80%

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.