Depuis Multiversity, Grant Morrison a laissé de côté sa patte super héroïque classique pour nous proposer ses idées à lui. Après un Nameless trop bizarre pour moi, j’ai eu vent d’une histoire sur les origines du Père Noël, j’ai nommé Klaus ! La curiosité m’ayant poussé à lire ce titre je vais vous compter cette review !

« PETIT PAPA NOEL, QUAND TU DESCENDRAS DU CIEL N’OUBLIE PAS DE TATANER QUELQUES GARS ! »

Klaus 001-002
Connaissant Morrison et sa diversité tant éditoriale que créative, on se retrouve ici avec un titre publié par Boom Studios (qui a de plus en plus de bonnes séries à mon goût !).
À la Sauce D.C, on dirait PAPA NOEL YEAR ONE ! Mais bon rien de tout ça. Ici c’est sobre, c’est KLAUS ! On ne va pas y aller par quatre chemins, on est loin du gros barbu rondouillard tout gentil ! Place à un bon gros chasseur badass ! Niveau scénar’, c’est du Morrison pour les nuls ! C’est simple, ça se lit très facilement, et pour un titre comme ça je trouve que c’est parfait. Sincèrement, c’est la période de Noël, on parle du mythe légendaire, alors pourquoi se prendre la tête, il faut que ce soit enfantin ! Donc le pitch est très simple : Klaus est un chasseur qui décide de venir à la ville pour vendre ses peaux. Bien entendu, cette ville a bien changé depuis son dernier passage. Elle est maintenant dirigée par un tyran et évidemment, rien ne se passe comme prévu !

Klaus 3
Ça tient la route sans casser trois pattes a un canard, mais soyons franc le scénar’ léger et la patte graphique de Dan Mora forment un rendu superbe ! Clairement je ne critiquerai pas le boulot, c’est superbe. Les couleurs, les détails… Il arrive à nous transporter dans quelque chose qui est sublime alors que cela aurait pu être tout banal ! La claque arrive surtout à la fin du numéro : c’est juste WAOW ! Autant sur le cliff que Morrison nous balance, que lorsque Mora l’illustre !
Alors on ne va pas se mentir, mais clairement ce titre est beau, léger ; mais connaissant Morrison il se pourrait qu’il ait des plans plus importants et que ce ne soit que le début d’un long scénario plus poussé et plus fouillé ! À voir sur la suite des numéros, mais pour le moment un bon coup de cœur !