Bonjour et bienvenue à tous ! Cette semaine, nous allons parler de Justice League No Justice, un comicbook qui paraîtra chez Urban Comics ce vendredi 8 mars !

         Avant toute chose, il fait savoir qu’il vaut mieux avoir lu Batman Métal avant de s’attaquer à No Justice car ce dernier lui fait suite. Si vous n’avez pas lu Métal, mon résumé risque donc de spoiler quelques événements.

         Après la fissure du mur Source par la Justice League, les règles de l’univers. Comme le décrit bien Aquaman : « c’est comme si l’univers connu était contenu dans un aquarium qui viendrait tout juste d’être déversé dans l’océan ». Ceci a pour conséquence de réveiller quatre frères destructeurs qui viennent alors s’en prendre à Colu, la planète natale de Brainiac.

         Ce dernier débarque alors sur Terre, et s’en prend à la Justice League, à la JLA, aux Titans, aux Teen Titans, et à la Suicide Squad ; démontrant en les battant aisément qu’ils ne sont pas de taille à vaincre une réelle menace. Brainiac kidnappe alors une partie des membres de ces équipes, et laisse les autres membres en stase dans des cuves. Il annonce alors que leurs anciennes équipes ne sont formées que par convenance, mais que formées différemment, ils pourront tous être bien plus puissants. Ils composent alors quatre équipes de « Justiciers », reprenant les quatre énergies fondamentales de la vie intelligente : la sagesse, le mystère, l’entropie et le merveilleux. Chaque groupe est dirigé par un membre de la Justice League — à savoir Flash pour la sagesse, Superman pour le mystère, Batman pour l’entropie, et Wonder Woman pour le merveilleux — et composé de héros et vilains des différentes équipes terriennes.

         Pendant ce temps, nous suivons aussi les histoires de Green Arrow, l’un des seuls super-héros encore présents sur Terre, ainsi que le Corps des Green Lanterns qui essaie tant bien que mal de réparer la fissure dans le Mur Source.

         Le scénario de Snyder, Tynion IV et Williamson est franchement très prenant d’entrée de jeu. Tout est vraiment intéressant… au début ! Même si parler du « début » est un abus de langage de ma part. En vérité, sur quatre chapitres (et un preview que je ne compte pas vraiment), trois chapitres et demi sont superbes et prenants ! Malheureusement, j’ai trouvé la fin bien trop abrupte pour être parfaitement appréciable — c’est d’ailleurs une chose que je reproche souvent chez Snyder, qui réussit souvent à m’enthousiasmer dans les premières pages pour quasiment toujours terminer avec un final un peu vite expédié, donnant un effet de pétard mouillé à la plupart de ces scripts (à mes yeux).

         En revanche, avec des illustrations de Francis Manapul, accompagné, qui plus est, par le groupe Hi-Fi à la couleur, c’est un pur bonheur visuel ! Le seul bémol du tome est que, pour le chapitre trois, malgré le découpage signé Manapul, ce dernier laisse les dessins à Marcus To et Riley Rossmo. Pour ma part, j’ai trouvé le premier, tout à fait correct ; mais j’ai eu plus de mal avec le second. Et pour le coup, je ne fais clairement pas partie des détracteurs de Riley Rossmo. Personnellement, je trouve qu’il est loin d’être mauvais, mais je pense simplement que son style ne fonctionne pas avec tout. Je l’avais, par exemple, beaucoup apprécié sur la série Constantine: The Hellblazer de 2015, un peu moins apprécié sur Batman – La Nuit des Monstres de 2017 et encore bien moins apprécié sur le one-shot Le Batman qui Rit paru dans le tome 2 de Batman Métal. Et là, clairement, son style ne colle pas au récit, et jure complètement avec le style mis en place par Manapul dans les autres chapitres. Cependant, le groupe Hi-Fi reste à la couleur sur ce chapitre trois, de quoi tout de même me faire un peu plaisir !

         À savoir que la fin du comic annonce tout de même les nouvelles moutures de la Justice League, notamment la New Justice qui débarquera en France à la fin du mois ; mais aussi la Justice League Dark, qui devrait arriver début juillet chez nos libraires !

         Sur ce, à la semaine prochaine pour une nouvelle review !


  • Titre : Justice League : No Justice
  • Broché: 144 pages
  • Editeur : Urban Comics (08 mars 2019)
  • Collection : DC Rebirth
  • Langue : Français
  • ISBN-13: 979-1026816034
  • Prix : 15,50€

    
HISTOIRE
80%
   
DESSIN
90%
    
COLORISATION
85%
    
CARACTÉRISATION
85%
    
AMBIANCE GLOBALE
85%