Nous allons parler aujourd’hui d’un gros volume. Une intégrale, pour tout dire. Il faut dire qu’en mélangeant Judge Dredd, des Aliens et des Predator, il y a de quoi en raconter.

Pour cette intégrale, donc, nous vous droit à trois volumes en un : Judge Dredd/Aliens, Judge Dredd/Predator, puis la mini série Judge Dredd/Aliens/Predator.

Dans un premier temps, nous assistons à l’infestation de Méga City One par des Aliens. Les anti-juges ont décidé qu’il s’agirait d’un bon moyen de se débarrasser de ces drokks de défenseurs de la Loi. Forcément, alors qu’ils pensaient maîtriser les Aliens, les anarchistes perdent tout contrôle et les Juges ont devoir faire le ménage.

Lorsqu’un Predator se met en tête de chasser les créatures les plus dangereuses de Mega City One, c’est inévitablement aux Juges qu’il va s’en prendre.Il faut dire que leurs badges font de super trophées. Avec l’aide de la descendante de Dutch Schaefer [clin d’œil cinéphile au passage], Dredd va remonter la piste du chasseur pour un final au corps à corps d’anthologie.

Enfin, dans la dernière partie, Dredd et des Predator vont s’allier pour contrer un savant fou [presque] humain ayant décidé que les Aliens étaient la forme de vie la plus pure. Du coup, on va avoir droit à beaucoup d’hybridations Alien/autre chose.

Soyons franc : on est face à de la bonne série B comme on les aime. Pas de grands discours cachés dans cette intégrale. Le but est de montrer un Dredd à son avantage, confronté aux deux plus grosses menaces extraterrestres connues [oui, Independance Day, ça fait pitié à côté]. Là où le format intégrale est intéressant, c’est que, d’un volume à l’autre, on ne renie rien. Dredd fait référence à ses précédentes rencontres dans le troisième volet, ce qui permet de créer une continuité dans la lecture. D’autre part, l’association entre les Juges et les Yautja permet d’explorer une similitude entre le sens de l’honneur des deux. Il n’aurait plus manqué qu’une association avec un Enforcer* pour boucler la boucle.

Cote dessins, pas de grandes différences notables entre les trois volumes non plus. On est dans du comic standard, fait pour être vite lu avec une mise en page dynamique. J’ai peut être une légère préférence pour le trait de Christopher Mooneyham sur le dernier volume, sans pour autant que Henry Flint et Enrique Alcatena ne déméritent sur les précédents. Si les volumes un et trois font purement comics US, le second est graphiquement plus dans la veine de 2000 AD. Quoi qu’il en soit, on peut à chaque fois apprécier pleinement la vision de chaque artiste sur nos extraterrestres.

Un bon pavé avec de bonnes histoires pas prise de tête, voilà comment décrire le plus simplement cet album. Du fun, du gore, de la barbaque et des flingues, voici ce qui vous attend. Si vous aimez les univers de ces trois personnages, allez-y les yeux fermés, c’est de la bonne!!

*voir les autres publications Predator chez Vestron et nos chroniques de Intouchable et Chasseur.


  • Titre: Judge Dredd/Aliens/Predator : la Totale! Triple Dérouillée
  • Album: 272 pages
  • Editeur : Vestron (28 mars 2019)
  • Collection : Judge Dredd
  • Langue : Français
  • ISBN-13: 979-10-95656-07-4
  • Prix : 25,95€

    
HISTOIRE
85%
    
DESSIN
85%
    
COLORISATION
85%
    
CARACTÉRISATION
90%
    
AMBIANCE GLOBALE
95%

Inline
Inline