Chroniques Comics : Bonjour, Jody, Nil. Tout d’abord une question importante pour la suite, vous allez bien ? Non, parce qu’après la lecture de ce titre complètement dingue qu’est Shirtless, je me pose la question !

Jody Leheup : Tu nous demandes si on va bien ? Mais il n’y a aucun souci promis ! C’est juste qu’on avait vraiment envie d’écrire un truc court nerveux, fou et totalement décalé ! C’est fun, c’est un mix entre les Buddy movie, les super héros, tu vois on voulait avoir quelque chose de créatif pour nous 3, une sorte de comédie, remplie de blague, de gag, mais pas non plus tomber dans le comics-nanar.

C.C : Comment êtes-vous arrivés à vous dire : on va faire un mec ultra fort, on va le mettre à poil dans la forêt avec des ours et on va tous les faire se taper dessus ? Ah ben tiens, sa kryptonite, c’est un t-shirt ! Vous aviez une rancune particulière envers les ours ? Ou les barbus peut être ? Lequel s’est fait voler son goûter en excursion ?

J.L : L’idée est simple c’était un peu d’écraser l’idée de la masculinité en mode « parodie » et « ridicule » je pense que c’est pour ça que le héros est complètement WTF, il va taper des ours avec ses gros muscles, au final on trouvait ça juste marrant ! Mais promis aucun ours n’a été maltraité durant l’écriture ce comics, #notedenil : Aucun barbu non plus.

C.C : Niveau scénario justement, ça va à toute vitesse. Il y en a dans tous les sens, les jeux de mots sont fabuleux ! Le titre est drôle, sans tomber dans la case drôle pour drôle ! Est-ce que c’est ce que vous cherchiez ?

J.L : Clairement, on voulait écrire quelque chose pour mettre le média comic en avant, une sorte de comics sérieusement drôle, nous voulions avoir un univers qui rend hommage à tout ça, la liberté que nous avions ici est ce que l’on trouvait dans les films gag. Un plaisir coupable, mais avec un juste équilibre entre histoires sérieuses saupoudrées d’humour.

C.C : On va parler un peu du dessin. Eh oui, Nil, y a aussi des questions pour toi ! Est-ce que tes deux compères t’ont dit : “vas-y on veut ça, fais-toi plaisir”, ou ils t’ont mis dans une cage à ours et ont réussi à dompter ton talent ?

Nil Vendrell : Oh dès le départ, les choses étaient claires, les personnages, les designs étaient décrits de manière succincte j’avais la direction, je n’avais qu’a les coucher le rendu sur le papier et leur proposer. Par exemple, pour Shirtless, on avait en tête un mec massif, fort, costal, impressionnant en partant de là j’ai laissé libre cours à mon imagination.

Pour le reste du comics, j’avais les indications des actions qui avaient lieu et à moi de trouver les solutions qui fonctionnent et qui conviennent à tout le monde.

#notedejody ce mec est talentueux, mais il ne le dira jamais !

C.C : As-tu eu ton mot à dire sur l’histoire ? Comment as-tu travaillé à partir des idées de départ ?

N.V : Lorsque j’ai été contacté, l’histoire été déjà écrite, du coup je n’ai pas eu mon mot à dire #rire du coup je n’ai pas eu à intervenir, et entre nous tout était parfait je n’avais qu’à mettre en image ça !

C.C : En parlant d’image, tu as fait une cover, le numéro 5. Est-ce que l’exercice t’a plu ?

N.V : Complètement oui, c’était vraiment excitant de pouvoir créer, j’ai eu une quasi totale liberté évidement il fallait que ce soit visuel, car au final c’est la première chose qu’un lecteur voit, donc j’ai fait quelque chose qui me parlerait en tant que moi, lecteur !

C.C : Une question pour vous ! Pourquoi on voit des pandas sur la cover ? Il n’y en a pas un seul dans tout le Tome 1 !

J.L : Si si attention il a 1 panda dans l’histoire ! Je t’arrête, bon d’accord que dans une scène, mais vraiment fun.

C.C : D’ailleurs, la fin ouverte laisse libre cours à notre imagination et vu que la mienne est prolifique, dites-moi qu’il y aura un Tome 2, sinon je vais continuer à m’imaginer des choses qui n’arriveront jamais.

J.L : Qui sait ! L’univers et les personnages sont très cool, nous avons beaucoup d’idées, il reste plein d’ours ou de panda. C’est beaucoup de fun de travailler sur cette série, mais à l’heure actuelle, nous avons beaucoup de projets, donc ça va dépendre surtout du timing que nous aurons.

Inline
Inline