James Bond est de retour avec un nouveau film, euh, volume, de la série proposée chez Delcourt. Nom de code : Eidolon.

Bond est envoyé à Los Angeles pour protéger une agent du MI6, en poste au consulat de Turquie, dont la couverture est grillée. Entre les États-Unis et son retour à Londres il va lui falloir échapper à plusieurs tentatives d’assassinat. Toujours désarmé sur le sol Britannique, ça risque d’être compliqué pour ne pas finir criblé de balles. Surtout que ressurgit un spectre du passé…

Le scénario et le dessin, toujours signés par Warren Ellis et Jason Masters, sont dans la droite ligne du Tome un. L’histoire est alambiquée à souhait, et fait la part belle à une débauche de violence et de gunfights. Le dessin de Masters, toujours maîtrisé, est en plus sublimé par les nombreuses pages sans ligne de texte qui permettent d’accélérer le rythme du scénario, en plus de faire exploser son talent d’illustrateur.

Ellis, de son côté, nous prouve sa connaissance du personnage et son respect de l’œuvre originale, en s’appuyant sur des éléments directement issus de Ian Fleming. Ce Tome 2 est également l’occasion d’introduire un fil conducteur qui pourra être utilisé sur le long terme.

Après un Tome 1, Vargr, plus que convaincant, Eidolon enfonce le clou! On se retrouve face à une série de qualité et plus que respectueuse du personnage. Pourquoi Warren Ellis n’écrirait-il pas le prochain film, d’ailleurs?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inline
Inline