Il a bien changé, le p’tit Ramirez!

Faut dire que passer de meilleur tueur à gages de tout le Mexique à meilleur réparateur d’aspirateurs chez Robotop, ça change. Mais bon, Jacques Ramirez fait tout pour être discret. D’un autre côté, il n’a pas le choix, vu qu’il est muet.

Enfin, ça, c’est ce dont sont persuadés les gars du cartel qui l’ont reconnu… Jacques, lui, vit son petit bonhomme de chemin, brimé par son chef d’équipe qui ne rêve que de le détrôner et lui pourrir ses vacances. Mais lorsque le cartel, une actrice en cavale devenue hors-la-loi et tous les cadres et employés de Robotop se retrouvent au même endroit pour la présentation du nouveau fleuron de la marque, le Vacumizer 2000, tout pourrait mal tourner.

C’est du 100% Français que cet album. Ni B.D, ni comic, on a vraiment là un sacré OVNI! Ils ont eu le nez creux, chez Glénat [félicitations, Olivier] que d’avoir donné sa chance à Nicolas Petrimaux, qui signe scénario et dessins. Cette histoire de tueur à gages réparateur d’aspirateurs est traitée sur le ton le plus sérieux qui soit, sans toutefois ne jamais renier les effets comiques liés à l’absurdité de la situation. L’histoire est maîtrisée et la satire n’est jamais loin. J’en veux pour preuve les pubs pour Robotop (entre autres) qui jalonnent l’album et me font bizarrement penser à une marque d’aspirateurs [hum… Dyson] bien connue qui prend un peu le client pour une truffe mais qui se vend comme des petits pains. Plus que la critique de cette marque, c’est plutôt le consumérisme et l’obsolescence programmée qui sont visés. Et c’est encore plus décalé d’avoir fait d’un réparateur d’aspirateurs le héros de cette série.

Au niveau des dessins, l’ambiance “années 80” est bien présente également. Pas dans son côté flashy ou nostalgique, mais bien en tant que tournant du 20ème siècle, lorsque les Ricains avaient élu pour président un ancien acteur… Si le dessin peut paraître un peu trop traité numériquement au début, je pense que c’est plutôt dû à la mise en couleurs, qui apporte cette ambiance si particulière aux images. Passé le premier désagrément visuel que ça m’a procuré, j’ai immédiatement plongé dans le volume pour ne pas le lâcher jusqu’à la fin.

Le dessin, l’histoire, l’ambiance, tout est traité à la façon d’un film, et pour être plus précis, à la façon d’un film de Quentin Tarantino, Pulp Fiction et Reservoir Dogs en tête. Excusez du peu! En jouant à la fois sur l’aspect décalé et le polar, Petrimaux nous livre une série hors du temps taillée pour le succès.

À lire d’urgence!

Bonus : N’hésitez pas à flasher les QR Code pour une immersion plus que totale !


  • Titre: Il faut Flinguer Ramirez – Tome 1
  • Album : 144 pages
  • Editeur : Glenat (30 Mai 2018)
  • Collection : Hors Collection
  • Langue : Français
  • ISBN-13: 9782344011881
  • Prix : 19.95€

    
HISTOIRE
95%
    
DESSIN
90%
    
COLORISATION
90%
    
CARACTÉRISATION
90%
    
AMBIANCE GLOBALE
95%

Inline
Inline