Chez Chroniques Comics, entre nous, on est toujours d’accord. Toujours ? Ben, pas vraiment. Il arrive quand même qu’il y ait de graves sujets de dissension. Par exemple, quelle Tortue Ninja est la plus verte ? Lobo, clone de Wolverine, ou Deadpool, clone de Lobo ? On se reprend une bière ? [En fait, celle-là on est d’accord, c’est juste qu’à un moment on ne sait plus combien on en a bu*]. Mais au final, ça ne reste qu’à l’état de discussions entre nous. Alors on s’est dit qu’on allait vous en faire profiter, en commençant avec un sujet épineux :

HARLEY QUINN ou HARLEY QUINN ?

Harley Fight

“- Queuwa ?” Me direz-vous.

“- Bawé !” Vous répondrai-je.

Harley Quinn, pour vous, c’est la nénette à pompons du dessin animé des années 90 et de Mad Love, ou alors c’est la foldingue des New 52 ? [et au passage, vous avez vu l’astuce pour vous donner des liens vers d’anciens articles?]. “Sujet grave !”, comme disait Coluche. Et pour donner une réponse définitive, nous vous présentons, dans le coin bleu, Cyrille, lecteur compulsif et frappadingue, fan de Lobo et de films de série Z.

HarleyQuinn_Cov01J’aime : Harley Quinn N52. Oui, mais pourquoi ?

– Elle est folle. Mais pas folle à lier, ou folle d’amour. Folle dans le sens où elle a des réactions totalement imprévisibles face à des situations incroyables.

– Elle flingue tout le monde dans une débauche graphique de sang et de violence. Et en plus, ce n’est même pas interdit aux mineurs.

– Elle a un castor empaillé. Et cramé. Qui lui parle dans sa tête. Rien que d’avoir pensé à ça en dit long sur les auteurs.

– Parlons-en des auteurs : Jimmy Palmiotti et Amanda Conner. Palmiotti qui a commis, entre autres, Painkiller Jane et a été associé à Joe Quesada pendant des années pour encrer ses planches. Un gars qui sait écrire et dessiner. Et Conner, la femme qui dessine d’autres femmes de façon hyper sexy, même quand il s’agit d’une héroïne comme La Pro. Qu’elle a fait d’ailleurs avec Palmiotti. Quoi !!? Il paraîtrait qu’en plus ils sont mariés.

– Le numéro 0 de la série. Lisez-le, il est dispo dans le Tome 1, chez Urban. De deux choses l’une, vous le refermerez au bout de trois pages : ou votre cerveau coulera par vos oreilles pendant que vos yeux saignent, ou vous serez pétés de rire. Ça fait trois choses ? Pas grave.

– Les dessins. Super beaux, détaillés, avec de belles couleurs et plein de détails dans tous les coins des cases qu’on n’arrive pas à trouver du premier coup.

– C’est l’acolyte de Power Girl dans une mini-série dessinée par Stéphane Roux, un Français.

– Le dernier épisode est dessiné par Elsa Charretier. Non, je ne suis pas chauvin, je ne fais que reconnaître leur talent !

HarleyArtJe n’aime pas : Harley Quinn classique.

– Elle est folle. Mais pas pareil. C’est plutôt une folie réaliste, de tous les jours. On pourrait presque mettre un nom sur son comportement. Et elle ne me fait pas rire.

– Elle est complètement à la botte du Joker. C’est franchement son trait de caractère qui m’agace le plus. Sérieux, c’est rien de plus qu’un larbin qui fait tout son possible pour avoir un regard ou une caresse de son Mr J. Un peu comme un chien. Ou une bouffonne. Tiens ! Ça doit être pour ça les clochettes…

– Son costume est moche. Alors oui, ça ressemble à un arlequin, mais alors le bonbon. Celui qui colle aux doigts quand il fait chaud.

– Les dessins sont moyens. Du moins en ce qui la concerne. Si le ton du dessin animé dont elle est issue est sombre et bien adapté, on a l’impression qu’elle fait tache.

Si je devais faire une analyse du pourquoi du comment, je dirais qu’il s’agit, éventuellement, d’un problème générationnel. J’étais peut-être déjà trop vieux lors de la création d’Harley Quinn pour qu’elle devienne culte dans sa version classique. D’un autre côté, je pense que, pour la version N52, un parallèle peut facilement s’établir avec un certain chasseur de primes intergalactique adepte du génocide.

Dans le coin rouge, voici Fab, le hipster pas hippie qui comme ses TMNT adorées se trimballe une carapace sur le dos. Ou un sac à dos, on ne sait plus.

BT-Harley3-610x250J’aime : Harley Quinn classique.

-Pour un milliard de raisons, je suis dingue de Harley comme elle l’est de Mr.J !

-Elle est folle certes ! Mais folle amoureuse. C’est l’amour qui lui fait perdre toute notion de la réalité ! Car oui, l’amour rend aveuglément fou !

-Sa folie justement, c’est tout son charme. À la fois crédule et terre à terre : le conflit entre Harleen et Harley et permanent !

-L’influence qu’elle a sur le Joker est un des facteurs qui sont tout autant importants, car malgré tout, sa présence change les actions du Joker !

-Le Dessin ! Mr Bruce Timm ! Oui, toute ma jeunesse, mon enfance et même encore je ne me lasse pas de revoir les épisodes ou relire MadLove ! Merci a la PCE de m’avoir permis de le rencontrer, c’était juste MAGIQUE !! Niveau personnalité, c’est vraiment ce que j’attendais d’un personnage comme Harley, le costume colle a la perfection sur les facettes de Harley ! Les losanges sur son costume rappellent les différents aspects, entre Harleen, Harley folle du joker, celle qui le déteste ou celle qui est totalement indépendante ! Un combo parfait a mes yeux !!!

Harley-Quinn-30-coverJe n’aime pas : Harley Quinn N52.

-Harley N52 ce n’est pas Harley, c’est une pâle copie, sans âme ! C’est comme quand tu vas à la boulangerie et que tu demandes un pain au chocolat à la place de la chocolatine, ça ruine mon petit coeur !

Tu ne comprends pas pourquoi je dis ça ? Attends !

-Harley N52 c’est un Bimbo avec les cheveux colorés et un costume… Tiens, parlons en de ce costume, c’est quoi ? Un slip ? Un Short ? Bref “elle a ka sortir apwal” ! Non, mais sérieux, il est où le charme la ?

-DC a ruiné Harley à cause du cinéma ! Oui, oui, pourquoi vendre Harley en petite culotte (oui j’ai un problème avec ça!) À croire que pour rendre un perso intéressant faut vendre la chair cher !

-Niveau comics, la série est juste immonde. J’ai détesté, et pourtant, Dieu sait que je lui ai laissé sa chance à peut près tous les mois… Mais non, j’ai pu esquisser un ou deux sourires ci et la, mais vraiment rien à faire : c’est NUL et surtout c’est laid ! Le design que j’ai aimé sur cette ère N52 la version Bombshell et malgré le fait qu’Elsa Charretier soit au crayon sur le numéro 30 ne change pas la donne. Bien que je sois fan j’irai quand même me jeter sur ce numéro !

-Le mot de la fin Harley N52 c’est trop NUL !

Je nuance quand même car j’aime Harley, que ce soit classique ou N52, parce que malgré tout c’est un personnage qui me tient à cœur, et qu’il soit mal traité me fait mal, mais je ne peux pas m’empêcher de le lire ! Entre nous c’est fou !

En conclusion, quelle que soit la version du personnage, elle trouvera toujours des amateurs et des détracteurs. Et ce qui est vrai pour Harley Quinn, l’est aussi pour de nombreux autres personnages de fiction, de Zorro à James Bond, de Cyclope à Superman. Il n’est jamais facile d’inventer ou de réinventer ces “héros”, ou de satisfaire tout le monde. Nous espérons juste que ce petit débat, qui n’engage d’ailleurs que nos opinions personnelles, saura vous faire apprécier Harley Quinn, autant dans les publications Urban Comics, qu’au cinéma dans Suicide Squad.

*L’abus de bière est dangereux pour la santé. Bon, tout dépend ce qu’on considère comme abus. De toute façon, quand il a bu, il a plus soif [j’arrive à me navrer moi-même].

Concours harley

Petit bonus : On vous propose de gagner le Tome 1 de Harley Quinn, pour cela c’est très simple laissez un commentaire, sur Facebook, sur Twitter ou à la suite de cet article, le gagnant sera tiré au sort et annoncé le 24 Aout 2016 !


3 commentaires

Matsuradaa · 3 août 2016 à 10 h 21 min

Très bon article. Perso je suis fan de la Harley N52. Comme dit Cyrile, l’autre n’est pas assez fofolle, ne pense qu’au joker et surtout son costume est moche. Mais il est vrai que celle du N52 fait plus bimbo à moitié à poil. Mais on lui pardonnera ^^’
Maintenant, niveau dessins, je pense qu’il est juste impossible de comparer les 2, vu l’amélioration colossale qui lui a eu dans ce domaine en l’espace de quelques années. Je pense que même habillé en tailleur, la Harley des N52 resterait magnifique et bien loufoque. Ce qui en fait de mon point de vue, la meilleure des 2.

Theo · 13 août 2016 à 13 h 07 min

J’adore l’article avec ce ton d’humour !
Moi perso je préfère la Harley N52 car elle fait plus réaliste mais j’aime aussi le caractère de l’autre Harley. En faite il faudrait un mélange des 2 et elle serait parfaite pour moi.

Darsoik · 19 décembre 2016 à 14 h 28 min

J’avais raté cette review ^^

Pour moi la harley N52 est un non sens, elle n’a rien a voir avec le vrai harley (oui, oui c’est le harlequin la vrai). Elle n’a aucune profondeur, sa folie lui fait faire n’importe quoi.. du coup il y a des gros flingues, des petites culottes… ou des shorts. Et c’est une série de plus avec une folle/fou au commande.

Harley est une heroine du tragedie, sa folie ne vient que de son amour inconditionnel pour son poussin, elle en est donc son reflet, son esclave, et sa victime… car oui leur relation est bien abusive. Et elle en est totalement consciente quand il est loin et qu’elle peut avoir de l’espace pour analyser leur relation, mais dès qu’il se rapproche il n’y a plus que lui.

Mon harley est donc celle de Bruce Timm, et pour la comprendre en quelques page lisez ce merveilleux strip de Stjepan Sejic : http://nebezial.deviantart.com/art/harleen-630870159

Ca c’est la vrai harley !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inline
Inline