Bonjour et bienvenue à tous dans les Dossiers de GL ! Cette semaine, une nouvelle review VF avec Hadrian’s Wall, paru en octobre 2016 chez Glénat Comics !

Contrairement à ce que son nom peut laisser croire, ce comics ne parle en aucun cas d’un bout de mur du Royaume-Uni : le Hadrian’s Wall est une navette spatiale chargée d’explorer l’espace à la recherche de nouvelles ressources à exploiter. Cependant, dès les premières images, un drame se produit : un des membres de l’équipage se retrouve asphyxié dans le vide de l’espace suite à une fissure dans le casque de sa combinaison.

Étant donné qu’il pourrait s’agir d’un meurtre, une enquête est lancée. On commence donc à rencontrer les différents protagonistes, dont le personnage principal : Simon Moore. C’est à lui que revient la lourde tâche d’enquêter sur ce possible homicide. Pourquoi est-ce une si lourde corvée ? Tout simplement parce qu’à bord du vaisseau se trouve son ex-femme. Et le mort ? Le nouveau mari de son ex-femme. L’enquête de Simon sera alors semée d’embûches ; tant par la mauvaise humeur de son ex-femme que par les nombreux secrets que gardent les membres de l’équipage.

Assez intrigant cependant, on nous explique que dans cet univers, la Guerre Froide s’est terminée en 1985 par une alliance entre les deux camps — à la suite d’une catastrophe nucléaire — afin d’entamer une colonisation spatiale ; mais que 100 ans plus tard, une seconde Guerre Froide commence entre la Terre et la Colonie. Ce scénario de SF est super alléchant. Néanmoins durant tout ce premier tome, on ne voit pas réellement d’intérêt à avoir mis en place cet univers. En effet, on n’y fait quasiment pas référence.

Le scénario de Kyle Higgins et Alec Siegel est vraiment intéressant et la terrifiante ambiance de ce huis-clos est superbement retranscrite aussi bien par la tension que les péripéties instaurent que par les dessins froids et anxiogènes de Rod Reis. Je reste néanmoins mitigé par le travail de ce dernier. Ses illustrations sont franchement belles, mais manquent parfois cruellement de profondeur. On a parfois l’impression de voir des collages, les lumières sont quelque fois placées de manière abstraite et certaines cases semblent complètement vides. Je suis donc un peu tiraillé : je les trouve à la fois très beau, et à la fois dérangeant.

À titre informatif, le premier tome est sorti sous une initiative de Glénat Comics : les quatre premiers chapitres sont sortis en France dans ce premier comic-book alors que seuls les deux premiers chapitres étaient parus chez Image Comics aux États-Unis. Sympathique inspiration de l’éditeur français, qui permettait alors aux français de lire la traduction d’un comics avant même que celui-ci ne soit paru outre-Atlantique.

Le souci, c’est que pour l’instant, la sortie VF de la suite (et fin), ne semble pas prévue… Malgré une annonce pour 2017 à la fin de ce premier tome (annonce qui semble plutôt peu probable, étant donné que j’écris ces lignes en janvier 2018 et qu’aucun tome 2 n’est encore sorti) ; ainsi qu’une annonce pour le 23 mai 2018 (selon le site de la FNAC) ; rien n’a encore été annoncé de la part de Glénat Comics… Bien que la série se soit terminée en août dernier aux US, tout indique qu’il faudra attendre encore un peu avant de voir la fin de Hadrian’s Wall en France — en espérant tout de même qu’elle sorte un jour !

Sur ce, à dans deux semaines pour une nouvelle review !


  • Titre: Hadrian’s Wall – Tome 1
  • Album: 144 pages
  • Editeur : Glénat Comics (19 octobre 2016)
  • Collection : Comics
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2344011366
  • ISBN-13: 978-2344011362

    
HISTOIRE
85%
    
DESSIN
70%
    
COLORISATION
95%
    
CARACTÉRISATION
85%
    
AMBIANCE GLOBALE
80%

Catégories : Reviews VF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inline
Inline