Bonjour et bienvenue à tous ! Cette semaine, une nouvelle review VF avec God Country, paru chez Urban Comics le 7 septembre !

Paru chez Image Comics entre janvier et juin 2017, il aura fallu attendre un petit moment avant de voir débarquer le comic-book de Donny Cates, Geoff Shaw et Jason Wordie de notre côté de l’Atlantique. Voyons donc si l’attente en valait la peine !

Dans ce one-shot en six chapitres, nous suivons la famille Quilan : le grand-père Emmett, atteint d’Alzheimer ; son fils, Roy, qui essaie tant bien que mal de s’occuper de son père, malgré la maladie de ce dernier et les conflits naissants avec sa femme Janey ; enfin, Deena, la petite-fille d’Emmett, qui aime son papi, mais qui ne peut plus le voir, car sa mère ne laisse pas le vieil homme sénile l’approcher. Alors que les dissensions de ce drame familial atteignent leurs paroxysmes, une énorme tornade apparaît sur les terres du Texas. Le cyclone poursuit son chemin jusqu’à la vieille maison d’Emmett Quinlan qui finit ravagée.

Mais le cataclysme est tout sauf naturel. Un énorme démon de six mètres de haut en sort et attaque subitement Roy et sa famille. Et c’est là que l’histoire prend forme : Emmett Quinlan surgi de nulle part, une énorme épée à la main et terrasse le monstre ! Et comble de la surprise, le grand-père est guéri et se souvient de tout. La lame, répondant au nom de Valofax, se trouve être le Dieu des Épées. Elle a choisi Emmett comme porteur, et tant qu’il la tient, tout va bien pour lui. Le problème, c’est que cette épée a déjà un propriétaire légitime : un dieu qui ne reculera devant rien pour la récupérer.

L’histoire de Donny Cates est vraiment très intéressante, de par son changement brusque de registre au beau milieu du premier chapitre ! Mais cette modification ne change en rien le registre de l’œuvre : le drame familial reste interconnecté avec la bataille fantastico-cosmique qui se joue à côté. Qui plus est, la narration du récit est interprétée par un parfait inconnu, qui nous conte les événements comme s’il s’agissait d’un descendant des protagonistes (il nous parle « d’histoires transmises de génération en génération »). D’ailleurs, l’histoire se déroulant au Texas — lieu d’habitat de Donny Cates — il est amusant de noter la proximité de l’auteur quant à son récit (un drôle de détail : lorsque l’on voit des bribes de souvenirs entre Emmett et son fils, on peut les apercevoir assis dans un canapé à regarder Star Trek à la télévision. L’auteur ayant écrit les scénarios de Star Trek Waypoint #1 et Star Trek Deviation, cela ne m’étonnerait pas qu’il ait lui-même vécu ses moments-là).

Pour ce qui est du visuel, l’harmonie entre le dessinateur et le coloriste est parfaite ! Les illustrations sombre de Geoff Shaw se marie à merveille avec les couleurs vives de Jason Wordie. Cela donne un ensemble très vivant, et rend bien compte des émotions des personnages, ainsi que des puissances cosmiques qui s’affrontent. De plus, le style des deux artistes s’accorde extrêmement bien avec le drame familial qui se déroule sous les yeux du lecteur.

On a donc affaire à du très bon, aussi bien en terme de récit qu’en terme d’image. En outre, Urban Comics propose en fin d’ouvrage un panel de croquis et de recherches préliminaires réalisés par Geoff Shaw, des couvertures alternatives, mais surtout l’évolution d’une planche du script au rendu final.

Sur ce, à la semaine prochaine pour une nouvelle review !


  • Titre: God Country
  • Album : 192 pages
  • Editeur : Urban Comics (7 septembre 2018)
  • Collection : Urban Indies
  • Langue : Français
  • ISBN-13: 979-1026814450
  • Prix : 17,50€


    
HISTOIRE
95%
   
DESSIN
90%
    
COLORISATION
95%
    
CARACTÉRISATION
95%
    
AMBIANCE GLOBALE
95%


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inline
Inline