Dans un futur proche, en 2030 pour être précis, on utilise des armures méchas appelées “Bots” sur les plateformes pétrolières. Sur l’une de ces plateformes, justement, au large de la Norvège, Terry vient de réparer son bot. Alors qu’il s’apprête à partir en congés, la plateforme subit l’attaque d’un groupe de bots militarisés. L’extinction est presque totale et Terry ne parvient à s’enfuir à bord de son propre bot qu’avec de la chance. Il aboutit dans le petit village voisin, subissant également les assauts du même groupe de bots militarisés. Il s’alliera à Ida, la serveuse du restau du coin, afin de survivre et en découvrir un peu plus.

Un village sous la neige pris d’assaut par une troupe invincible dont on ne sait rien? 30 jours de nuit.

Des hommes dans des méchas utilisés dans l’exploration pétrolière et/ou à des fins militaires? Gundamm et consorts.

En y rajoutant deux ou trois ingrédients de plus, on aboutit au Tome 1 de Ghost War : L’Aube Rouge.

Le scénario de Jean-Pierre Pécau n’est pas qu’une simple cuisine, ses protagonistes ayant, par exemple, des caractères bien trempés, même si on sent la romance poindre entre Terry et Ida, dans le genre “je t’aime moi non plus”. Pareillement, comme tout bon premier Tome, pas grand-chose n’est expliqué. Ce sont surtout des faits et de l’action qui explosent à travers les pages. Beaucoup de faits se déroulant frisent d’ailleurs l’invraisemblable et, pour ça, on est en pleine influence manga, robots géants compris.

Les pages qui explosent, parlons-en, justement. Stefano Martino nous propose un vrai comics au format Européen, ni plus ni moins. Le trait, la disposition des personnages, la mise en page, tout est fait pour se rapprocher du rythme de storytelling des comics. Il ne manque que les splash pages pour faire bonne mesure. Je serais bien curieux de connaître la façon de travailler de l’artiste, numérique ou papier, pour savoir ce qui vient de lui et ce qui vient d’Elmer B. Santos, le coloriste. En effet, il y a parfois un petit décalage visible entre le premier plan et l’arrière-plan (ou personnages/décors, si vous préférez). Ça ne gâche pas la lecture, mais ça m’interpelle quelque part et ça fait partie des défauts qui seraient à corriger sur la suite.

Le verdict? Ce Tome 1 se lit bien, c’est punchy et sans temps mort. La suite méritera néanmoins un peu plus d’explications pour ne pas perdre le lecteur en cours de route.


  • Titre : Ghost War Tome 1 : L’Aube Rouge
  • Album : 48 pages
  • Editeur : Soleil (30 Mai 2018)
  • Collection : Science-Fiction
  • Langue : Français
  • ISBN-13: 978-2-302-06976-3
  • Prix : 14,50€

    
HISTOIRE
80%
   
DESSIN
85%
    
COLORISATION
80%
    
CARACTÉRISATION
80%
    
AMBIANCE GLOBALE
80%


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inline
Inline