Bonjour et bienvenue à tous dans les Dossiers de GL ! Cette semaine, une nouvelle review VF avec le manga : Final Fantasy — Lost Stranger !

Écrit par Hazuki Minase et illustré par Itsuki Kameya, deux inconnus (ce qui n’est pas rare dans le monde des manga), l’oeuvre présente trois gros chapitres : un premier de 80 pages, et deux autres de 69 pages. Je commencerai tout d’abord à parler de l’objet en tant que tel, car c’est le premier manga de la maison d’édition Mana Books. Et franchement, il est très beau. L’illustration de couverture n’est pas forcément exceptionnelle, mais la compostion et les couleurs rendent le manga très attrayant ; quant au titre en relief brillant, sur la couverture et sur la tranche, ça rend le tout très joli.

Passons maintenant au contenu. Tout d’abord, contrairement à toutes les autres créations de la licence Final Fantasy, l’histoire de ce manga ne suit pas à proprement parler les péripéties d’un univers de Final Fantasy. Ici, nous suivons Shogo et sa sœur Yuko — même si, en vérité, on suivra surtout Shogo : on voit sa vision de l’histoire, on suit ses pensées, etc. Sa sœur n’étant qu’un personnage secondaire comme les quatre autres qu’ils rencontreront au début du récit). Ces deux protagonistes se trouvent être deux japonais fans de Final Fantasy, travaillant chez Square Enix. Leur rêve, depuis tout petits, est de créer leur propre épisode de la célèbre licence. Malheureusement, en sortant d’un restaurant, les deux protagonistes se font percuter par un camion. Cependant, après un bref blackout, ils se retrouvent dans un univers de Final Fantasy. Ils y font la rencontre de Rei — une guerrière —, Duston — un mage noir — Sharuru — une jeune mage blanc — et Mogcan, le Mog.

Pensant tout connaître de l’univers qu’il aime tant, Shogo va cependant très vite se rendre compte que — même si tout autour de lui ressemble à un Final Fantasy — les noms, les caractéristiques et les lois de l’univers ne sont pas identiques à ceux des jeux. Il va donc devoir réapprendre peu à peu les règles de ce monde. Néanmoins, lorsqu’un tragique accident se produit, le jeune japonais va se retrouver démuni, tandis que les autres protagonistes lui apprendront que le sort « Vie » n’existe pas… Ni le sort « Résurrection », ni même les célèbres « Queues de Phénix »… Dans ce monde, on ne peut pas ressusciter les morts ! Mais en découvrant qu’il possède, lui-même, un pouvoir censé n’appartenir qu’aux contes de fées, Shogo va se mettre en quête de prouver que le sort Vie existe bel et bien, lui aussi !

Pour en revenir aux auteurs, il est dit dans la postface du manga qu’ils s’avèrent être de grands fans de la licence. Honnêtement, ça se ressent tout au long du premier livre. À la lecture des premières pages, j’ai eu peur que les références ne soient faites qu’aux derniers jeux sortis (dans les premières pages, Shogo parle principalement de Final Fantasy XIV), et qu’elles ressemblent plus à des placements de produits malavisés (je pense notamment à la première case de la page 4, dans laquelle Shogo s’exclame « C’est le moment de déstresser en jouant à FFXIV… », tout en montrant en gros plan sa PS Vita affichant l’extension Final Fantasy XIV : Stormblood). Mais, au final, une fois sorti du vrai monde (ce qui arrive dans les 15 premières pages), toutes les références prennent une forme bienveillante. On a juste l’impression de se retrouver — comme Shogo — au milieu d’un monde familier. On y rencontre ainsi des peuples, des objets et des monstres bien connus des joueurs.

Pour le coup, il n’est pas nécessaire d’être incollable sur la licence Final Fantasy pour apprécier ce manga ; mais je pense qu’il est tout de même préférable d’avoir, au moins, joué à un des opus de la saga. Et ce n’est pas tant au niveau de l’histoire (qui peut se lire sans rien connaître de l’univers), mais plus au niveau des nombreuses références et de certains gags qui reposent sur les connaissances personnelles des lecteurs (comme les explosions post-mortem des Bombos, notamment).

Pour l’instant, la suite semble être prévue pour le 5 juillet prochain, et j’ai personnellement hâte de poursuivre la lecture de cette aventure !

Sur ce, à dans deux semaines pour une nouvelle review !


  • Titre : Final Fantasy — Lost Stranger, Tome 1
  • Album: 219 pages
  • Editeur : Mana Books (5 avril 2018)
  • Langue : Français
  • ISBN-13: 979-1035500276
  • ISBN-10 : 1035500276

    
HISTOIRE
90%
   
DESSIN
85%
    
CARACTÉRISATION
90%
    
AMBIANCE GLOBALE
90%


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inline
Inline