Tout pour la musique! Et ils balancent leurs têtes, comme de vraies mécaniques, comme des piles électriques. Tout pour la musique!

Pour ceux qui n’auraient pas reconnu, ce n’est pas de moi, mais de Michel Berger. Et c’est un peu, en substance, le fil directeur de Euterpe.

 

Dans ce Tome 2, Jon se fait alpaguer par son agent, Anna. Enfin, alpaguer n’est pas vraiment le mot, disons plutôt qu’il ressemble à un esclave en fuite que sa maîtresse viendrait de retrouver. Pour le punir, elle l’accablerait de taches et lui n’aurait pas son mot à dire. Ça y est, vous avez saisi le topo?

Exit Kal, Nenna et toute la clique qui s’était rassemblée autour de Jon dans le Tome 1. Anna fait le ménage et entend bien prendre en mains le concert que va donner son poulain… seul! Mais Kal ne se laisse pas abattre et va faire son possible pour percer le mystère qu’a laissé le Maestro [non, pas le vieux Hulk, l’autre, le musicien].

 

Changement de ton dans ce second et dernier volume. On n’assiste plus à une rivalité entre Jon et Kal, mais bel et bien à l’écrasement, la soumission du jeune homme, devant la volonté d’Anna. Jon retombe d’ailleurs dans ses travers dépressifs, ce qui plombe un peu certains passages du récit. On n’arrive pas vraiment à savoir comment Anna le tient à sa botte et pourquoi il est aussi apathique, voire lymphatique, face à elle. C’est dommage, l’approfondissement de la chose aurait certainement apporté un peu plus de compréhension au scénario.

À l’opposé, Kal est toujours autant énergique. Elle court partout, s’agite et s’indigne comme un vrai p’tit personnage de manga. Et heureusement, d’ailleurs, sinon le lecteur aurait besoin de sa dose de prozac pour assister aux aventures de Jon. Qui plus est, Kal a vraiment accepté le fait que ce soit Jon l’héritier du maestro et qu’elle n’était qu’une messagère, celle qui devait l’aider à assumer pleinement cette succession.

 

Niveau dessin, Art of K me semble un poil en-dessous du premier Tome, pour certaines parties. Les visages, surtout les yeux, semblent parfois un peu moins travaillés. À côté de ça, certaines planches sont tout simplement magnifiques. Une petite baisse de forme?

 

Je dois avouer que j’avais été enthousiasmé par le premier Tome de Euterpe. Le dessin, tout autant que l’histoire, touchaient la fibre artistique du lecteur. Ce Tome 2 se révèle plus proche d’une production manga “classique”. On perd un peu la magie et l’évasion pour se retrouver face à une sorte de quête de l’héritage du maestro. Mais un héritage bien physique et non au niveau du ressenti. Il m’a manqué un petit poil d’émotion et de régularité dans le dessin pour retrouver le Tome 1 qui m’avait tant plu.

 

 

 


  • Titre : Euterpe – T2
  • Pagination : 260 pages
  • Editeur : H2T (17 octobre 2018)
  • Collection : Josei
  • Langue : Français
  • ISBN-13: 9782377770076
  • Prix : 7,95€

    
HISTOIRE
75%
   
DESSIN
75%
    
CARACTÉRISATION
80%
    
AMBIANCE GLOBALE
80%

 

Catégories : Reviews Mangas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inline
Inline