Il a des milliers d’années, le palais d’une race de petits êtres magiques est apparue dans les cieux d’un monde primitif aux deux lunes et s’est écrasé au sol.

Les habitants de ce monde, les humains qui étaient plus un modèle de brutes qu’autre chose, ont réagi à ces « envahisseurs » avec crainte et violence. Les quelques rescapés du palais réussirent à s’échapper et s’éparpillèrent à travers l’étrange Nouveau Monde. De nos jours les descendants de ce peuple du ciel sont appelés Elfes et ce se sont adaptés au monde, mais ils luttent encore pour survivre.

Elfquest suit Cutter, le chef d’une tribu d’elfes de la forêt, connue sous le nom Wolfriders. Suite à leurs différends avec les humains, leurs maisons sont détruites et ils n’ont d’autre choix que de fuir par les cavernes des troll, dans lesquels ils vont se faire embobiner comme des bleus ( n’y voyez aucune référence aux Schtroumpfs ). Du coup, dans leur fuite, ils se retrouvent coincés dans la caverne, avec comme seule option d’avancer ! C’est comme cela qui vont se retrouver à découvrir la dureté du désert, au prix d’innombrables risques. Mais Cutter, digne chef, n’abandonnera pas et ses efforts vont s’avérer payants lorsqu’ils rencontreront une autre tribu d’elfes, les Sunflok !

Elfquest est, je dirais, une aventure fantastique. Au niveau du scénario, je dois vous avouer que j’ai dû me forcer pour lire la moitié du livre, car j’ai eu du mal à rentrer dedans, car la mise en place est un peu longue et assez maladroite. Celà ne m’a pas spécialement convaincu. Par contre, une fois la caverne passée, le récit prend de suite du rythme et j’ai grandement apprécié ! Même si le scénario est « simple », les possibilités de développement sont tellement immenses que j’en suis à me demander comment va se présenter la suite ! J’en suis le premier surpris par rapport à l’avis que j’avais au début de ma lecture !

On ne va pas se mentir, le point qui aide grandement l’histoire c’est sa patte graphique. Les représentations de Wendy Pini sur les elfes sont belles et très soignées. Je n’ai eu aucun mal à m’imaginer leurs mouvements tant l’action est bien retranscrite. Chaque tribu est différente, et on le remarque immédiatement ; non seulement dans leurs vêtements, mais dans leurs mouvements et expressions corporelles. C’est vraiment parfait.

Elfquest, au final, est une bonne surprise, bien qu’il ait fallu que je me fasse violence sur le début, je ne regrette pas ma lecture.

Un joli titre que nous offre la jeune maison d’édition Snorgleux Comics !

Catégories : Reviews VF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inline
Inline