Bonjour et bienvenue à tous ! Cette semaine, nous repartons en direction de la Tōkyō Sky Tower, pour la suite du manga Dog End, écrit et dessiné par Yurikawa ! Le tome 4, publié par (Dark) Kana, est paru en France le 7 juin dernier !

J’avais déjà parlé des trois premiers tomes, et là où le premier m’avait laissé une assez bonne impression, les deux suivants m’avaient déçu par leur côté « fan-service ecchi » à outrance. C’est donc avec beaucoup d’appréhension que j’ai abordé ce quatrième tome.

Et force est de constater qu’hormis quelques petites scènes un peu plus « sexualisées », il n’y a aucun gros fan-service ; on a donc affaire à un tome bien moins lourdingue que les deux précédents. Et cela vient probablement du fait qu’il y a bien moins de personnages féminins dans ce quatrième opus. En effet, une bonne partie du manga voit s’affronter Tiger 1 et Koryuta ; et la seconde partie du tome présente Cody Nakamoto contre Pepe et Larken.

Côté histoire, ce n’est pas du très haut niveau, mais ça a le mérite de présenter une intrigue sans grande prétention, et des combats assez entraînants. On en apprend un peu plus sur les personnages secondaires, et Koryuta est plutôt intéressant ; à la fois mystérieux, puissant et très mignon avec sa fille. En revanche, selon moi, le flash-back sur l’histoire de Tiger 1 n’est pas très fameux, mais c’est peut-être très subjectif, car personnellement, je me fiche un peu de ce personnage. Au final, on voit très peu les trois personnages principaux, ce qui manque peut-être un peu, mais qui est compensé par l’apport d’informations sur Koryuta et les autres tueurs à gages.

Côté dessin, on est toujours sur du très bon, avec de superbes illustrations pleines de détails (notamment les pleines-pages et les double-pages). Yurikawa a un talent certain et ce manga trouve son point fort dans son visuel. Le découpage dynamise avec brio le récit, qui repose beaucoup sur un enchaînement de combats titanesques. Car oui, c’est bien ça qui rend agréable la lecture : l’intrigue n’est pas exceptionnelle ; on est au niveau d’un film de série B ou bien d’un gros blockbuster de l’été. Le récit ne repose donc pas sur des choix complexes ou une réflexion poussée, mais bien sur les divers affrontements, et la manière dont le vainqueur l’emporte.

Et sur ce point, ça marche à la perfection ! Dès que Yurikawa ne nous met pas du cul et des gens à poil pour essayer d’habiller son manga, ce dernier devient une très bonne lecture, avec de l’humour et des scènes à prendre au second degré : si tant est qu’on apprécie les combats, et le type d’humour employé, on passe un bon moment.

En somme, l’histoire est assez bonne — même si elle n’est pas forcément exceptionnelle, elle se laisse lire agréablement —, les dessins sont magnifiques, et très dynamiques ; et le tout repose sur des combats aussi improbables que dantesques. Si vous préférez des récits un peu plus réflexifs, je ne vous le conseillerai pas, mais si vous recherchez des combats et du second degré, vous pouvez foncer sur ce tome 4.

Information supplémentaire : normalement, le cinquième et dernier volume semble être annoncé en France pour le début du mois d’octobre.

Sur ce, à la semaine prochaine pour une nouvelle review !


  • Titre : Dog End, tome 4
  • Tankobon broché: 208 pages
  • Editeur : Kana (7 juin 2019)
  • Collection : Dog End
  • Langue : Français
  • ISBN-13: 978-2505076377
  • Prix : 7,45€

    
HISTOIRE
75%
   
DESSIN
85%
    
CARACTÉRISATION
75%
    
AMBIANCE GLOBALE
75%

Catégories : Reviews Mangas

Inline
Inline