Continuons à explorer les genres et le catalogue de nos amis de H2T avec leur dernière sortie papier, Deep Scar Tome 1. Au vu de la couverture où une jeune fille nous regarde avec ses grands yeux de biche, pas de doute, c’est bien un Shojo [ou un Josei, les informations sont contradictoires entre le site internet et la tranche du volume].

 

Du haut de ses 22 ans, Sophia saute le pas et part s’installer à Turin, en co-loc’, afin de commencer sa première année d’université. Autant Sophia est sage, posée, rangée, autant sa co-loc’, Véronica, c’est le contraire. Elle est fêtarde et délurée. En plus, elle a un copain, Lorenzo, l’archétype du beau gosse taciturne, qui a les clefs de l’appart’ et se pointe quand il veut. Ce qui ne manque de faire cogiter Luca, le petit ami de Sofia. Surtout lorsque celle-ci, alors qu’ils s’étaient promis, les yeux pleins d’amour, de se donner des nouvelles tout le temps, ne répond plus au téléphone.

 

Proposé par la mangaka Rossella Sergi, cette série expose fièrement ses origines Italiennes, par le nom de ses personnages, d’abord, mais également par une sensibilité Européenne dans le fond et la forme de l’histoire. Je pense que cela aide à l’identification aux personnages, même si la trame du triangle amoureux reste un classique du manga.

Là où ça devient un peu plus profond, c’est lorsque l’auteur se penche sur les motivations profondes de son personnage principal, lisse et bien élevé, mais qui se retrouve en opposition avec ses parents. Sergi nous laisse entendre qu’il y a là-dessous de profondes cicatrices [joli, de placer la traduction du titre dans le corps de la chronique, hein?] qui ne sont toujours pas soignées. De la même façon, Lorenzo reste énigmatique et sa relation avec Sophia semble receler des secrets enfouis. En 7 chapitres, les bases sont posées, certes de façon un peu longuette, l’intrigue et les sous-intrigues développées, jusqu’à un cliffhanger de fin de Tome titillant la curiosité.

 

Côté dessins, Rossella Sergi propose un trait fin et des personnages aux grands yeux afin de véhiculer les émotions et sentiments. Un Shojo dans toute sa splendeur. La mise en page est fluide et cohérente avec le genre, proposant des personnages en premier plan et des fonds de cases vides la plupart du temps. Plutôt que de jouer sur une accumulation de traits, la mangaka utilise des nuances de gris pour les ombrages. On sent que le trait est maîtrisé.

 

Encore une fois, l’esprit manga est bel et bien respecté dans cette production Européenne. Comme d’habitude, H2T propose la lecture gratuite en numérique du premier chapitre. De quoi se faire une idée plus précise avant de poursuivre l’aventure de la série, ce qui est une très bonne initiative.

 

Petite annonce également [deux annonces, en fait] :

Tout d’abord, H2T nous a fait l’honneur de bien vouloir développer un partenariat avec Chroniques Comics et nous les remercions de leur confiance. Cela implique, pour vous, lectrices et lecteurs, que nous vous tiendrons régulièrement informés de leurs sorties.

Ensuite, H2T rejoint PIKA Éditions, ainsi, ces créations originales pourront toucher un plus large public, dont vous. De plus amples informations seront distillées dans les mois à venir.


 

  • Titre : Deep Scar – T1
  • Album : 204 pages
  • Editeur : H2T (13 Juin 2018)
  • Collection : Shojo
  • Langue : Français
  • ISBN-13: 978-2-37777-004-5

    
HISTOIRE
85%
   
DESSIN
80%
    
CARACTÉRISATION
80%
    
AMBIANCE GLOBALE
80%

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inline
Inline