Bonjour et bienvenue à tous ! Aujourd’hui, nous sommes repartis pour la collection Deadpool de Hachette Collection avec le troisième envoi comprenant les tomes 6 et 7. Et c’est un mois un peu spécial, car aucun des tomes ne présente à proprement parler une série Deadpool : le premier regroupe les 5 chapitres de Wolverine: Origins dans lesquels Deadpool vient chercher des noises au mutant griffu, et le second comprend les toutes premières apparitions du mercenaire dans différentes séries des années 90, nomémment New Mutants, Nomad, X-Force et Avengers.

         Commençons donc par le tome 6. Alors que Wolverine en apprend un peu plus sur son passé, Deadpool est engagé par un mystérieux personnage pour abattre Logan. Et le combat s’engage dès le début, sans prendre le temps de nous laisser aucun répit : pendant 4 chapitres sur 5, ce n’est que combat sans pitié, entrecoupé des blagues du mercenaire. Même si la fin est un peu capillotractée, le récit reste très intéressant, et bien illustré par Steve Dillon. La caractérisation des personnages est tout simplement impeccable : Deadpool est un mec en manque de reconnaissance, qui cherche à être sur le devant de la scène et qui fait des blagues pour attirer l’attention. Un personnage pathétique s’il en est.

         Le point intéressant de ce tome, c’est qu’il s’agit en réalité d’un coup d’essai pour Daniel Way, le scénariste. En effet, faire intervenir Deadpool dans son récit lui a permis de prendre un peu ses marques sur le mercenaire avant de commencer à écrire une nouvelle série sur le personnage (Deadpool vol.3, qui commencera d’ailleurs dans la collection à partir du prochain envoi). Et c’est un parfait commencement car on sent que Way a bien cerné les caractéristiques premières du Mercenaire Disert. Par ailleurs, c’est une très bonne idée de nous proposer ce récit avant le premier tome de Deadpool vol.3 car il présente un peu la “genèse” du personnage que le scénariste nous présentera par la suite. Un très bon tome, donc, si on exclut le scénario un peu léger.

         Passons maintenant au tome 7, qui porte, à juste titre, le nom de “Deadpool : les débuts“. L’idée première de ce tome est plutôt bonne : Deadpool n’ayant pas fait ses débuts dans une série à son nom, il est assez malin de présenter toutes ses premières apparitions dans un tome anthologique. Néanmoins, force est de constater que dans les faits, ça ne fonctionne pas du tout. J’ai personnellement trouvé la lecture de ce tome un peu laborieuse, et ce, pour deux raisons. La première, c’est la forme du récit. Deadpool n’étant pas un “héros”, ses premières apparitions étaient dans le rôle de l’antagoniste, rendant ses interventions disparates, brèves et souvent sans réel intérêt pour l’histoire. Ainsi, présenter les chapitres dans lesquels il apparaît nous donne parfois à voir des récits d’une vingtaine de pages dans lequel on ne l’aperçoit que pour un combat de trois-quatre pages, qui n’a quasiment aucune incidence sur le récit. On se retrouve alors à suivre des personnages au beau milieu d’une histoire, qui ressassent des événements passés qu’on ne connaît pas, ou préparant des actions futures qu’on ne verra pas. La lecture devient alors assez inintéressante et un peu ennuyeuse.

         La deuxième raison est un peu plus personnelle : il s’agit du fait qu’une majorité des épisodes présents dans ce tome sont illustrés par Rob Liefeld. Et personnellement, je trouve ses dessins absolument laids et la plupart d’entre eux semblent être faits à la va-vite, voire parfois même inachevés. La lecture de ces chapitres a donc été, pour moi, un réel calvaire. Heureusement quelques chapitres du tome présentent les illustrations d’autres artistes, comme Greg Capullo notamment, ce qui vient un peu soulager les yeux des lecteurs. Bref, un tome qui partait d’une très bonne intention, mais qui s’avère malheureusement bien trop faible et hétéroclite pour réellement s’avérer concluant.

         Sur ce, à la semaine prochaine pour une nouvelle review !


  • Titre: Deadpool – La Collection qui Tue (tomes 6 et 7)
  • Album: 106 pages (6), 184 pages (7)
  • Editeur : Hachette Collection (juin 2019)
  • Collection : Deadpool – La Collection qui Tue
  • Langue : Français
  • Prix : 12,99€

    
HISTOIRE
75%
   
DESSIN
70%
    
COLORISATION
75%
    
CARACTÉRISATION
75%
    
AMBIANCE GLOBALE
70%
Catégories : Non classé