Bonjour et bienvenue à tous ! Cette semaine, nous allons parler de l’adaptation en manga du jeu de Spike Chunsoft, Danganronpa, paru chez Mana Books le 7 février dernier !

         Avant toute chose, il faut savoir que je n’ai jamais joué au jeu ; de ce fait, je n’ai pas de moyen de comparaison, ni d’avis sur une quelconque « fidélité » à l’œuvre originale. Ici, je m’adresserai donc avant tout à des lecteurs qui, comme moi, aimeraient connaître l’histoire sans avoir joué au jeu !

         Takashi Tsukimi reprend ici le récit du premier jeu Danganronpa : l’Académie Kibôgamine est une école prestigieuse où seuls sont acceptés les étudiants qui sont perçus comme les espoirs de la nation et promis à un avenir brillant. Le héros, Makoto Naegi, un étudiant lambda, a été choisi au hasard pour devenir « l’étudiant chanceux » ayant la possibilité de se mêler aux futurs leaders du pays. Cependant, en arrivant à l’école, le jour de la rentrée, il s’évanouit et se retrouve coincé dans l’établissement avec tous les autres élèves. Le proviseur de l’école, un ours a double-face dénommé Monokuma, leur annonce alors qu’ils devront y passer tout le reste de leur vie, à moins de réussir à assassiner l’un de leurs camarades et ne pas se faire prendre. Malgré les premières réticences des jeunes lycéens, les meurtres vont commencer et le jeune héros va devoir enquêter afin de trouver le coupable, d’autant qu’il fait lui aussi partie des suspects.

        

L’histoire est très prenante, et le changement de ton est vraiment bien amené. Tout commence sur une ambiance assez glauque, dans laquelle les étudiants se retrouvent séquestrés dans un établissement complètement fermé ; incapable de voir l’extérieur, ils ne savent plus quelle heure il est, les jeunes personnages deviennent de plus en plus stressés et paranoïaques. Puis, une fois le premier meurtre accompli, changement total de style, et on se retrouve à suivre une enquête, un peu à la manière d’un Agatha Christie (on n’est d’ailleurs pas loin d’un Dix petits Nègres, dans lequel tous les personnages peuvent mourir ou être coupable) !

         Personnellement, j’avouerai quand même avoir été assez déçu du premier indice. En le voyant, j’ai tout de suite compris son sens, contrairement à Makoto qui complique énormément la lecture de l’indice. Et c’est plutôt dommage, car ça a eu pour effet de rendre le personnage principal un peu stupide à mes yeux. Cependant, rien de bien grave, car hormis ce point-là, l’histoire réussit tout de même à surprendre sur d’autres points, lors de la résolution de l’enquête, à mon plus grand plaisir.

       

Blac

Les dessins de Takashi Tsukimi sont assez basiques ; ni particulièrement beau, ni franchement laid. Cela dit, premièrement, il reprend les designs du jeu de Spike Chunsoft, ce qui ne lui laisse peut-être pas énormément de liberté ; deuxièmement, les dessins sont, au final, assez accessoires — le plus important, ici, étant tout de même le récit. De ce fait, le tout se laisse lire aisément, sans qu’on fasse particulièrement attention au visuel.

         J’attends le prochain tome avec impatience ! À savoir que la série est prévue en 4 tomes : pour l’instant, pas de date de sortie de prévue pour le second opus, mais ça ne devrait pas trop tarder, connaissant les rythmes de parutions de Mana Books ! J’en profite par ailleurs pour parler de la sortie, le 29 mars prochain, de la compilation Danganronpa Trilogy sur Playstation 4, que ce premier tome m’a donné envie de tester !

         Sur ce, à la semaine prochaine pour une nouvelle review !


  • Titre : Danganronpa Tome 01
  • Album: 196 pages
  • Editeur : Mana Books (7 février 2019)
  • Collection : Manga/Danganronpa
  • Langue : Français
  • ISBN-13: 979-1035500870
  • Prix : 7,90€

 

    
HISTOIRE
80%
   
DESSIN
75%
    
CARACTÉRISATION
85%
    
AMBIANCE GLOBALE
85%