copperheadcoverPeu de genres se prêtent à un mélange des uns et des autres, mais dans notre cas, Jay Fabber et Scoot Godlewski marient parfaitement le western et la science-fiction. Grand fan de la période western, j’avoue que j’aime ce mélange de styles. Tout comme East of west, c’est un titre qui me parle de par son univers. C’est donc en toute logique que je suis allé lire ce Tome un de Coperhead !

Nos deux auteurs nous livrent ici un comics western/sci-f très classique, avec une bonne combinaison d’éléments intemporels : la ville solitaire, avec à sa tête un homme d’affaires plutôt louche et des habitants hostiles, ainsi que tous les cliché de la planète perdu au fin fond de la galaxie. Rajoutez à cela des intelligences artificielles, et des créatures effrayantes et ça nous donne  un tout sans surprise. C’est un peu dommage. Il me manquait la petite cerise sur le gâteau qui aurai pu tout changer !

Le pitch est relativement simple : pour une obscure raison Clara est le nouveau shérif de la ville. Venue de loin, on ne sait rien sur son passé, mais elle est bien décidée à faire la loi et prendre à bras-le-corps les problèmes, pour redémarrer une nouvelle vie avec son fils ! J’ai aimé Clara dès le début. Promue nouveau shérif en ville, copperhead03elle est intelligente, autonome, coriace et plutôt bad-ass. La caractérisation du personnage m’a tout de suite plu, tout comme celle de Boo. Le travail sur les personnages principaux et secondaires donne le pep’s qu’il manque à cet univers trop classique. Le mélange des deux est parfait et j’ai été conquis ! L’intrigue suit donc Clara, qui aussitôt arrivée dois résoudre un problème qui, au final, risque de lui en créer des nouveaux ! Le scénario se construit petit à petit, apportant personnage et intrigue au fil de la lecture. Justement la lecture se fait plutôt bien, c’est fluide et rythmé, avec un peu de mystère pour ce Tome un classique mais efficace !

Au niveau du dessin, Scott Godlewski est plutôt efficace, bien qu’inégal parfois. J’ai eu un peu de mal au départ avec son coup de crayon. Sincèrement, l’encrage lourd et le travail en ligne épaisse ont vraiment joué pour me faire apprécier le titre et être vraiment conquis. Rendons a César ce qui lui appartient, certaines caractérisations sont juste sublimes, je pense, notamment a Ishmael qui est clairement mon coup de cœur !

copperhead01En conclusion, Copperhead est un peu cliché et pas particulièrement original, mais les créateurs font un bon travail de construction de leur monde et arrivent à créer des personnages crédibles. Faerber arrive parfaitement a nous intéresser à son univers, à nous accrocher malgré les petits défauts. Je suis curieux de connaître la suite, et de voir comment le shérif va réussir à s’imposer dans cette nouvelle vie.

Proposé à un prix d’appel de 10€ chez Urban, il serait dommage de passer à coté d’une agréable lecture !