Chronique de l’avent : Gleipnir – Tome 6

Bonjour à vous !

Cela faisait un sacré long moment que nous n’avions pas parlé de Gleipnir. Ce manga de Sun Takeda m’a toujours intrigué, malgré les nombreux reproches que j’ai pu lui faire dans les deux articles qui lui sont consacrés. Autant vous dire que j’étais curieux et impatient de replonger dans cette atmosphère anxiogène propre à cette œuvre.

J’ai pas mal été décontenancé, lors de la lecture de ce sixième Tome, qui nous offre en effet un récit assez intéressant, dans un premier temps. Nous revenons quelques-temps en arrière dans l’histoire, afin de suivre le mystérieux jeune homme qui semble être l’antagoniste de l’histoire, Kaito. Sans trop vous en dévoiler, j’ai littéralement été bouleversé par ce flash-back, qui nous en apprend plus sur les prémices de la chasse aux médailles, mais nous narre également un drame lourd de conséquences. C’est simple, une fois ce flash-back terminé et de retour au présent, je voulais encore revenir en arrière, afin de suivre à nouveau Kaito.

Avec ces quelques chapitres, Sun Takeda parvient à donner une véritable aura tragique à son antagoniste et parvient même, avec brio, à nous faire comprendre toute l’importance de son existence pour la suite de l’histoire.

Nous revenons ensuite avec Shuichi, Claire et leur nouvel ami, afin de partir à la recherche des décombres du vaisseau spatial. De ce côté-là aussi l’intrigue avance, même si cela reste cependant moins intéressant et plus convenu à mon goût. Les personnages m’apparaissent en tous les cas de plus en plus intéressants et profonds et j’ai hâte d’en savoir plus, tant l’histoire semble dotée de multiples ramifications qui, je l’avoue, ne sont pas toujours simples à suivre. Les dessins, quant à eux, restent fidèles à eux-mêmes et gardent encore une fois leurs qualités et leurs défauts.

Avec ce sixième Tome, Gleipnir poursuit son avancée brumeuse. Il est toujours difficile de savoir ou on va vraiment, et la vitesse de certaines scènes, ainsi que la lenteur d’autres, ne cessera jamais de me surprendre. Mais j’ai fini par l’accepter, car cela fait indéniablement partie du charme de l’œuvre, qui semble être maîtrisée ainsi. Je n’ai donc qu’une seule chose à dire : vivement le Tome sept !


 

  • Titre : Gleipnir T6
  • Tankobon broché: 192 pages
  • Editeur : Kana
  • Collection : Gleipnir
  • Langue : Francais 
  • Prix : 7,45€

    
HISTOIRE
90%
   
DESSIN
75%
    
CARACTÉRISATION
95%
    
AMBIANCE GLOBALE
90%