Chronique de l’avent : Black Hand & Iron Head

Changeons un peu nos habitudes et intéressons-nous à un comic au format “strip” publié originellement par Panel Syndicate (mais si, vous connaissez, c’est eux qui publient The Private Eye). C’est Urban qui nous propose la VF de Black Hand & Iron Head et on va aller voir ce que ça donne.

Dans un monde où les héros ne s’occupent plus de redresser les torts, mais plutôt de leur popularité en passant à la télé, dans des jeux dignes des arènes Romaines, Alexia se sent à part. Fille de Iron Head le super-héros ayant réussi à changer les choses et fondateur de la Fondation Lesseps, elle ne rêve que d’aider son prochain. En digne fille de son père, elle a hérité de ses pouvoirs. Malheureusement, le papa casse sa pipe subitement et Alexia hérite de tout. Sauf que, lors de l’enterrement d’Iron Head, elle va faire la connaissance de Black Hand, qui s’avère être la sœur que son père a eu avec la Black Hand originale, sa pire ennemie! À partir de là, les événements vont s’enchaîner à un rythme infernal et ce sera aux deux soeurs de reprendre le flambeau.

David Lopez nous propose une histoire qui sent bon le pulp’s, mais qui reste fermement ancrée à son époque, notamment dans sa dimension sociale. En effet, Alexia possède une véritable conscience sociale. Altruiste et profondément bonne, elle est le genre de personne qui souhaite aider son prochain. En cela, elle est en opposition avec sa (demi) sœur qui représente la partie égoïste et autocentrée de notre société. Là où Lopez fait évoluer son scénario de façon intelligente au fil des chapitres, c’est qu’il arrive à humaniser Black Hand et faire en sorte que le lecteur comprenne le pourquoi de son comportement (autre que le fait que sa mère est morte en prison).

L’autre aspect sociétal de cette série concerne le détachement qu’ont pris tous les super-êtres avec le reste du monde. Leurs pouvoirs leur donnent des capacités hors du commun et, plutôt que de les mettre au service de la société, ils les utilisent uniquement pour servir leur propre notoriété. En cela, même si les super-criminels n’existent plus, le comportement égocentré de tous les super-êtres est ce qui s’en rapproche le plus.

Lopez assure également le dessin de la série. Le format strip permet une mise en page différente d’un comic classique qui s’avère adaptée à une lecture plus rapide. Du coup, l’aventure est menée à 200 à l’heure en toute fluidité. Le dessin, à proprement parler, est légèrement caricatural, sans tomber dans l’excès. C’est adapté et agréable à l’œil.

Voici encore un titre indé que je ne peux que vous conseiller. En plus, il nous propose un scénario intelligent et pouvant être lu à plusieurs niveaux, quel que soit l’âge du lecteur. Que demander de plus?


 

  • Titre: Black Hand & Iron Head : Tome 1
  • Album : 168 pages
  • Editeur : Urban (25 octobre 2019)
  • Collection : Urban Strips
  • Langue : Français
  • ISBN-13 : 9791026816737
  • Prix : 15,50€

    
HISTOIRE
85%
    
DESSIN
80%
    
COLORISATION
75%
    
CARACTÉRISATION
80%
    
AMBIANCE GLOBALE
85%