J’entends parler de Bitch Planet depuis quelque temps maintenant suite à son succès en VO. Voir la série sortir chez Glenat fut un réel plaisir. Je me suis donc jeté sur le premier Tome, et clairement mon avis s’est fait en deux temps.

On retrouve donc Kelly Sue DeConnick aux commandes avec un scénario très spécial. En effet, je ne sais pas trop quoi en penser et je vous livre ici mon avis.

13130930_1027314624024003_7176173554410240021_o

L’histoire est la suivante :

Le futur. Le monde est gouverné par le diktat des hommes. Les femmes qui ne se plient pas aveuglément à leur volonté doivent être « rééduquées ». À l’issue d’un discours évangélisateur psalmodié en boucle dans leur sommeil, elles sont expédiées dans l’établissement auxiliaire de conformité, une prison pour femmes en orbite au-dessus de la Terre. Ces rebelles, qui rejettent les règles masculines, vont ainsi découvrir les joies de la vie carcérale dans cette boîte de métal que l’on appelle « Bitch Planet. »BP1

Le livre entier crie le féminisme et l’autonomisation des femmes. Habituellement, c’est une bonne chose, j’aime lire les comics qui sortent de l’ordinaire. Mais Bitch Planet part dans une direction qui m’a totalement déstabilisé et c’est sans doute ça qui laisse un goût de reviens-y.

Au lieu de se concentrer sur l’histoire ou les personnages, ce Tome 1 est, je trouve, un ensemble de petits extraits qui se connectent les uns aux autres de manière très subtile. Si tu n’es pas attentif, tu te demandes si tu lis encore la même histoire. Une seconde vous êtes en focus sur le passé des prisonnières, l’autre, vous êtes jeté dans un scénario qui, au premier coup d’œil, est complètement déconnecté comme par exemple avec les gardiens de l’établissement pénitentiaire.

tumblr_ng653dIvsv1qz6egko1_540Il m’a été très difficile de me plonger et m’immerger dans cet univers. Très honnêtement, je me suis fait violence pour passer le premier tiers du Tome 1. Clairement, c’est une lecture format libraire et pas en single. Pourquoi ? Parce qu’il y a des infos partout, beaucoup de texte, et de scènes graphiques ; c’est une lecture longue ! Beaucoup de choses se passent en arrière plan de certaines scènes où ça parle beaucoup. Il faut vraiment regarder tous les détails, et lorsque j’ai compris ça, ça a été un déclic. J’ai repris l’histoire depuis le début et là, la claque ! J’ai juste adoré et j’ai lu ça d’une traite !

Pour le moment, je ne sais pas trop où ça va, si ce n’est qu’on a l’exposition des personnages, la mise en place de l’intrigue avec les « hommes c’est le mal, et le patriarcat doit être détruit » ; mais je ne pense pas que cela s’arrête à ça. L’auteur s’amuse d’ailleurs à jouer avec les poncifs et passages oubliés des films de prison fleurissant dans les années 70. On retrouve d’ailleurs cette ambiance et cette « couleur », provenant de cet héritage cinématographique, dans la partie graphique.

Graphiquement, justement, Valentine De Landro, Taki Soma, Robert Wilson se partagent le travail. Dans l’ensemble c’est agréable. Mention spéciale pour les pages de fin de chapitre qui font penser aux pubs américaines des années 50, pleine de clichés et de références : j’ai juste adoré !BP-Spirit-Finger

En conclusion je ne saurai vous le conseiller, je pense qu’il faut que chacun se fasse son idée, mais pour moi j’irai voir la suite, la curiosité et la possible richesse des personnages me donnent envie d’en savoir plus ! Je veux également savoir vers où DeConnick veut nous amener. Une chose est sûre, elle a réussi à m’accrocher et à m’y faire revenir pour le Tome 2.


1 commentaire

Cara · 31 octobre 2016 à 18 h 30 min

Coucou les amis de Chro Co! La lecture de la chronique sur ce comics m’avait bien intriguée, et je n’ai pas résisté quand je l’ai trouvé en librairie il y a peu de temps. Je viens d’en terminer la (longue, certes!) lecture et…. Quelle intensité, quelle violence, quelle vérité!
Vous l’aurez compris, j’ai adoré! Même si au départ le parti pris graphique m’a fortement déroutée, je suis habituée à plus de « classicisme » (si j’ose dire), et c’est clair qu’il y a de nombreux détails en arrière plan qui forment un tout avec l’action visuelle première (je ne sais pas si je m’exprime bien mais peu importe). Les personnages sont très forts, on sent que ça va donner quelque chose d’explosif dans la suite (prévue bientôt j’espère….). Et un énorme plus, outre le graphisme et le scénario impeccables, les bonus, nombreux et très intéressants, c’est assez rare pour être souligné!

Résultat des courses: j’ai grave envie de me faire tatouer le sigle « NC » (non conforme…)!!! Merci pour cette découverte!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inline
Inline