Bonjour et bienvenue à tous ! Cette semaine, nous allons parler du manga : Batman Ninja paru chez (Dark) Kana, le 20 septembre dernier.

         Il s’agit du premier tome d’une histoire en deux parties, reprenant peu ou prou le scénario du film d’animation sorti l’année dernière. Junpei Mizusaki (réalisateur du long-métrage) et Takashi Okazaki (créateur d’Afro Samurai, producteur et designer du film) laissent leur place à Masato Hisa, mangaka connu notamment pour Jabberwocky (paru chez Glénat en France), Kamuya Ride (paru chez Vega cet été) ou encore Area 51 (paru chez Casterman).


         Ce premier tome suit plus ou moins fidèlement les événements des trente premières minutes du film, de l’asile d’Arkham jusqu’à la discussion entre Grodd et Batman dans la forêt. Pour ceux qui n’auraient pas vu le film d’animation, voici un petit résumé de l’histoire : alors que l’asile d’Arkham est attaqué par plusieurs super-vilains, Batman et son équipe fonce mettre un terme à l’assaut. Sur place, Gorilla Grodd apprend au chevalier noir qu’il a créé une machine temporelle ! À la suite du combat entre la chauve-souris et le gorille, la machine s’emballe et tout l’asile se retrouve transporté dans le Japon de l’époque féodale. Comme Batman était plus loin de la machine que les autres lors de son activation, il arrive deux ans après tous les autres. Pendant ces deux années sans Batman, les super-vilains présents dans l’asile ont pris la place des daimyos de la période Sengoku et dirigent chacun un fief du pays. Batman devra alors mettre un terme à cette folie et renvoyer tout le monde à Gotham avant que ses ennemis ne bouleversent complètement l’histoire du Japon !

         

Le manga est plutôt bien rythmé et l’histoire se laisse suivre sans souci (pour ce premier tome, en tout cas). Pour ceux qui ne connaîtraient pas trop l’univers du chevalier noir, chaque personnage est présenté lors de sa première apparition, ce qui rend l’ouvrage plus ouvert aux néophytes — ce qui est d’ailleurs probablement l’une des raisons d’être de ce livre : ouvrir la porte de DC Comics aux lecteurs de manga.

        Au niveau des dessins, l’artiste nous livre des illustrations très épurées et lisses. Personnellement, ça m’a un peu choqué de prime abord ; vu le travail apporté au design des personnages dans le film d’animation, je m’attendais à quelque chose de plus travaillé dans le manga. Cela dit, ça n’a pas dérangé ma lecture pour autant : j’ai surtout été déstabilisé car je m’attendais à autre chose, mais pas du tout par la qualité des dessins au fil de ma lecture.

         Chose assez rare, je vais m’arrêter un peu sur la traduction. Je n’ai rien à redire au travail du traducteur sur l’ensemble du manga qui est franchement très bon, mais j’ai noté un souci qui m’a un peu gâché la lecture : le nom de Gorilla Grodd a été traduit en « Grodd le Gorille ». Ce n’est pas grand-chose, mais à chaque fois que le personnage était nommé, ça m’écorchait un peu de lire un nom « traduit en français » alors que son nom (même dans les versions VF des comics Batman) n’est jamais traduit. Et c’est un peu dommage pour la traduction et le manga de ne pas avoir gardé une homogénéité des noms avec le travail d’Urban.

         Sur ce, à la semaine prochaine pour une nouvelle review !


 

  • Titre : Batman Ninja, tome 1/2
  •  Pages : 202 pages
  • Editeur : Kana (20 septembre 2019)
  • Langue : Francais 
  • ISBN : 978-2505075813
  • Prix : 7,45€

    
HISTOIRE
75%
   
DESSIN
75%
    
CARACTÉRISATION
70%
    
AMBIANCE GLOBALE
75%

Catégories : Reviews Mangas