Qui est Oracle ?

Telle est la grande question de ce récit complet, qui nous présente le numéro Rebirth de la série « Batgirl And The Birds Of Prey », suivi des six premiers épisodes qui composent le premier arc.

Premièrement, vous devez savoir que j’avais très envie de vous en parler depuis sa sortie. J’ai donc lu la série précédente, se déroulant dans les New 52, composée de trente numéros.

Si la série était plutôt sympathique dans l’ensemble, autant vous dire que c’était de la perte de temps.

En effet, il n’en est jamais fait référence dans « Batgirl And The Birds Of Prey », alors même que Batgirl et Black Canary y ont fait équipe du début à la fin.

De prime abord donc, nous avons ici affaire à une série qui semble écarter certains événements du New 52, mais pas tous. Tout le délire concernant la série Batgirl, depuis son numéro quarante N52, et la série Black Canary DC You, étant conservé.

Me voilà donc assez impatient d’entamer cette lecture et je dois vous avouer que le début est vraiment intéressant. Les personnages sont drôles et on a bien affaire à des héroïnes qui sont fidèles à elles-mêmes et ne tombent jamais dans un cliché sexiste, comme on peut le voir assez souvent de-ci de-là.

On doit cela très probablement à Shawna et Julie Benson, les deux scénaristes, qui produisent un travail réellement bien maîtrisé, ne tombant jamais non plus dans le féminisme trop prononcé.

Les héroïnes sont des femmes, certes, mais elles sont avant tout des personnification d’idées, le sexe important donc très peu, même si, soyons honnêtes, les dessins de Claire Roe et Roge Antonio sublime totalement le trio. J’ai personnellement trouvé Black Canary absolument magnifique, alors même que je n’ai jamais eu de sympathie particulière pour le personnage.

Seulement voilà, c’est à peu près tout ce qu’il y a de bon, car la déception fût grande pour moi lors de la découverte de l’identité d’Oracle.

Tout du long, l’accent est énormément mis là-dessus, y compris dans les textes de présentation de chaque numéro. On commence donc, de plus en plus, à espérer quelque chose de fou, quand on nous sert finalement quelque chose de, pardonnez-moi, totalement pourri !

Je crois comprendre pourquoi avoir fait ça. Mais là ou la série aurait pu se démarquer et faire avancer l’évolution Rebirth, j’ai le sentiment qu’on se redirige dans le même genre d’histoire que l’insupportable série Batgirl, qui était destinée bien plus aux adolescent(e)s qu’aux lecteurs réguliers.

C’est bien dommage, car certains propos sont pourtant bien plus matures qu’auparavant. J’ai donc le sentiment que la direction n’est pas encore très claire, mais je n’attend pas spécialement la suite. Je la lirai, bien sûr, mais quelque chose est brisé en moi : l’espoir que j’avais en cette série. Et j’espère sincèrement que cet espoir pourra être reforgé par la suite.

Je vous invite donc à tenter l’expérience, car la frontière entre contentement et mécontentement est bien mince, et j’ai bien failli moi même en être satisfait, mais c’était avant d’en apprendre plus sur les mystères de l’intrigue.

Inline
Inline