Putain, 20 ans ! Vingt ans qu’on attendait le retour des aventures de Ash Williams dans Evil Dead ! Et c’est reparti en série télé pour une première saison proposée par Starz. Alors, est-ce que ça tronçonne toujours à tour de bras ? Verdict.

Ash

La première bonne nouvelle, c’est que ce n’est pas un reboot (alléluia, louons la providence) mais bel et bien la suite de Evil Dead 2. Eh oui, la série passe sous silence les aventures de Ash au Moyen Âge à bouter l’Armée des Ténèbres hors du royaume (même si certaines idées sont reprises). Vu que ce film est, avouons-le, moins culte que son prédécesseur, on peut faire l’impasse.

Deuxième bonne nouvelle, Bruce Campbell incarne toujours Ash. Et ça, c’était indispensable. Personne d’autre que lui ne pouvait incarner ce loser magnifique, mélange de John McClane et des Trois Stooges.

Troisième bonne nouvelle, c’est l’équipe originale qui est aux commandes de la série, incluant Bruce Campbell, Robert Tapert et Sam Raimi, qui réalise d’ailleurs le premier épisode.

Tout ça pour dire que pour les fans de longue date, ça laisse présager du meilleur.

La série nous présente un Ash égal à lui-même, toujours loser et magasinier dans une sorte de “bazar”. Séducteur sur le retour, il a mis de côté ses aventures contre les forces de mal et utilise tous les stratagèmes pour lever les poules du coin. Justement, en compagnie d’une de ses “conquêtes”, après avoir abusé de la fumette (la drogue c’est mal), il va lui lire un passage du Necronimicon Ex Mortis pour l’impressionner. Et là, on se dit “quel con !” Évidemment, les démons reviennent alors sur Terre et vont laisser un sillage sanglant dans l’entourage de Ash. Il n’aura dès lors pas d’autre choix que de reprendre les armes pour affronter les Deadites, tout en essayant d’échapper à la police qui le prend pour un tueur en série. Rien que ça.

Dans cette road-série, Ash est accompagné par deux acolytes. Pablo (Ray Santiago), son plus grand fan, et crétin de service, persuadé d’être en compagnie du sauveur de l’humanité, et Kelly (Dana DeLorenzo), une cynique au grand cœur.

ash_vs_evil

Si vous êtes fan, si vous avez aimé Evil Dead 2, vous adorerez la série. L’histoire et l’ambiance collent parfaitement à ce qui a été fait auparavant, sans jamais se plagier. Les effets de caméra “à la Sam Raimi” sont présents et apportent une vraie dynamique à l’écran, car ils collent à la narration, tout comme la musique, oscillant entre la cavalcade et la mélopée. Cette mise en scène efficace et les “twists” utilisés font que la saison entière n’est jamais lassante. Les effets spéciaux numériques sont, je trouve, assez visibles et de moyenne qualité mais les effets classiques sont de bonne facture et restent bien dans cet esprit “fait maison”.

L’histoire mélange habilement la comédie grand-guignolesque et l’horreur, le scénario évoluant d’ailleurs de l’un vers l’autre dans l’avancée des épisodes. [spoil] Le retour dans la cabane où tout a commencé est d’ailleurs un des meilleurs moments de la série (vous savez que j’avais inconsciemment écrit “du film” ? C’est pour dire la qualité du show) et celui où l’histoire bascule vers l’horreur. C’est également là qu’on comprend le rôle de Ruby (Lucy Lawless). Heureusement, parce que ce n’était pas très clair. [fin du spoil].

Et Bruce Campbell cabotine à mort en pratiquant une auto-dérision constante. On a d’ailleurs l’impression de retrouver la même performance d’acteur que dans Brisco County Jr ou Bubba-Ho-Tep. J’adore !

Je ressors du visionnage de cette première saison, disponible en Français sur OCS Choc, carrément satisfait, même si la fin m’a laissé sur ma faim. Heureusement, une deuxième saison est d’ores et déjà programmée.

Cette courte saison de dix épisodes d’une demi-heure chacun (excepté le pilote) m’a fait faire un voyage dans le temps pour me ramener dans les années 80, devant une bonne série B (Z?) louée au vidéo-club et qu’on se repassait en boucle pensant 24 heures jusqu’à la connaître par cœur. Et tout comme pour ces films, ce sont les défauts de cette série qui font ses qualités et la résument en un seul mot : culte !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inline
Inline